Affaire du Carlton: DSK donne sa version ce mardi

JUSTICE L'ancien directeur du FMI doit être entendu par la police judiciaire dans le cadre de l'information ouverte cet automne pour «proxénétisme aggravé en bande organisée»...

A Lille, Olivier Aballain

— 

Dominique Strauss-Kahn à son arrivée à la gendarmerie de Lille, le 21 février 2012.
Dominique Strauss-Kahn à son arrivée à la gendarmerie de Lille, le 21 février 2012. — Mikael Libert/20Minutes

Il y a des rendez-vous plus agréables que d'autres. Dominique Strauss-Kahn est convoqué pour une garde à vue à Lille ce mardi à 9h.

L'ancien directeur du FMI doit être entendu par la police judiciaire dans le cadre de l'information ouverte cet automne pour «proxénétisme aggravé en bande organisée», autour de l'affaire dite du Carlton. DSK, qui avait imaginé pouvoir être auditionné par les juges d'instruction en tant que simple témoin, devra donc d'abord s'expliquer face aux policiers.

Recel d'abus de biens sociaux ou proxénétisme

En pratique, les enquêteurs s'intéressent de près à des soirées organisées en présence de prostituées, de la fin 2010 jusqu'à la veille de son arrestation par le FBI, le 13 mai 2011. Deux éléments pourraient mettre en cause Dominique Strauss-Kahn. S'il savait que les soirées étaient en partie financées par les sociétés de deux amis entrepreneurs nordistes, il s'agirait de recel d'abus de biens sociaux. L'autre volet est plus directement lié à la qualification de proxénétisme.«Il y a trop de prostituées autour de DSK dans cette affaire», confiait encore il y a quelques semaines l'avocat de l'un des huit mis en examen.

La loi française ne poursuit pas les clients de la prostitution. Mais si l'ancien directeur du FMI a suscité, en connaissance de cause, l'organisation de soirées accompagnées par des professionnelles, il tomberait alors sous le coup de la complicité de proxénétisme. C'est ce qu'affirment les deux «escorts girls» déjà auditionnées par les juges. C'est ce que réfutent les amis nordistes de DSK.