Disparue de Béziers: Son ex-compagnon voulait «la rejoindre dans l’au-delà »

M.Gr. avec AFP

— 

L'interpellation de Mansour Larabi a eu lieu mardi 14 février à Narbonne, dans l'Aude
L'interpellation de Mansour Larabi a eu lieu mardi 14 février à Narbonne, dans l'Aude — Google map

C'est inconscient que les policiers ont découvert Mansour Larabi, mardi après-midi, dans la chambre d'un hôtel de Narbonne, dans l’Aude, alors qu’ils étaient venus l'arrêter. L'homme de 36 ans, qui était recherché dans l'affaire de la disparition de sa compagne Adeline Beau, avait absorbé une forte dose d'alcool et de médicaments neuroleptiques, selon Le Parisien.

«La rejoindre dans l'au-delà»

Mercredi, les jours de l'ancien légionnaire n'étaient pas en danger, mais son état de santé ne permettait pas sa mise en examen ou son audition par le SRPJ de Montpellier, chargé de l'affaire. Finalement, jeudi matin, l'homme a pu être placé en garde à vue après que les enquêteurs ont reçu l'autorisation des médecins pour l'entendre. Mais depuis, selon Midi Libre, l'ancien légionnaire a refusé de parler aux enquêteurs, tout en décidant de se passer des services d'un avocat.

Avant cette tentative de suicide, l'homme avait rédigé une dizaine de lignes, pour dire son désespoir amoureux et exprimer son désir de «la rejoindre dans l'au-delà le jour de la Saint-Valentin.»

Tuée dans la nuit de vendredi à samedi

La piste criminelle est donc largement privilégiée par les enquêteurs, depuis la disparition de l'ex-compagne du suspect. «Il y a tout un faisceau d’indices laissant à penser que cette affaire est criminelle. Dès le départ, Adeline Beau n’avait aucune raison de disparaître et de quitter son enfant, ses parents et son travail. Par contre, elle avait des difficultés dans son couple. Pour nous, elle a été tuée dans la nuit de vendredi à samedi»,  estime Gilles Soulié, le directeur du SRPJ de Montpellier dans Midi Libre.

Quelque chose de programmé

Le procureur de la République de Béziers est lui aussi pessimiste: «Nous avons aujourd’hui des présomptions majeures pour penser qu’elle est décédée.» Le magistrat parle même d’un assassinat. «On a le sentiment de quelque chose de programmé et d’organisé, avec une préparation.»

Le principal suspect avait en effet retiré 1 200 € dans la semaine précédant les faits. Une somme remise à sa famille le samedi matin, avec son chien et des vêtements.

Le corps activement recherché

Ces dernières semaines, les relations dans le couple s'étaient en effet détériorées, au point qu'Adeline Beau venait de demander à son compagnon de prendre ses affaires et de partir. La femme de 25 ans, qui voulait en effet le quitter, n'a pas été revue depuis la nuit de vendredi à samedi, qu'elle a passée en compagnie de Mansour Larabi. Son corps est toujours activement recherché.