Le Mediator aurait fait 1.300 morts en France

Julien Ménielle et Vincent Vantighem
— 
La Cour de cassation a suspendu jeudi jusqu'en décembre une des instructions en cours à Paris sur le Mediator dans l'attente que soit réglée une nouvelle demande de regroupement à Paris des différents volets de ce scandale sanitaire.
La Cour de cassation a suspendu jeudi jusqu'en décembre une des instructions en cours à Paris sur le Mediator dans l'attente que soit réglée une nouvelle demande de regroupement à Paris des différents volets de ce scandale sanitaire. — Fred Tanneau afp.com

Le Mediator, «il ne s'agit que de trois morts!» Voilà comment Jacques Servier relativisait, devant ses équipes, le désastre sanitaire du benfluorex il y a un peu plus d'un an. En fait, la molécule serait plutôt «responsable d'environ 3.100 hospitalisations et près de 1.300 morts en France». C'est le résultat d'une nouvelle étude internationale publiée, jeudi, dans la revue spécialisée Pharmacoepidemiology and Drug Safety. Et encore, il s'agit sans doute d'une «sous-estimation», a commenté le chercheur Mahmoud Zureik, coauteur de cette étude.

Pour parvenir à ce résultat, les scientifiques ont compulsé les données disponibles sur le Mediator entre 1976 et 2009 en France. Créé pour lutter contre le diabète, le Mediator avait été détourné pour devenir un coupe-faim commun. «On cherche encore à comprendre pourquoi un produit si dangereux est resté si longtemps sur le marché», conclut Mahmoud Zureik.