Une commerçante de Fort-de-France: «La campagne se fait trop à Paris»

INTERVIEW C'est ce qu'estime Emmanuella Dintimille, vendeuse de fruits et légumes à Fort-de-France...

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud, envoyée spéciale à Fort-de-France

— 

 Emmanuella Dintimille, commerçante en fruits et légumes à Fort-de-France, en Martinique, le 4 février 2012.
 Emmanuella Dintimille, commerçante en fruits et légumes à Fort-de-France, en Martinique, le 4 février 2012. — A.-L. Béraud / 20Minutes

Que pensez-vous  de la venue de Christine Boutin en Martinique ?

C’est bien, je ne la connais pas beaucoup mais j’ai vu l’une de ses interviews à la télévision sur RFO. Je la trouve courageuse de venir car elle dit qu’elle n’a pas beaucoup de budget pour cette campagne. Elle n’est pas très connue mais il n’y a pas beaucoup de candidats qui viennent ici, donc je trouve bien qu’elle soit là, aujourd’hui, à Fort-de-France.

Croyez-vous que les problématiques des DOM soient connues en métropole ?

Non, pas vraiment. Pourtant c’est dur ici. Il y a pas mal de difficultés mais on ne nous entend pas beaucoup. C’est pourquoi il faut venir sur le terrain pour voir ce qui s’y passe vraiment.

Que pensez-vous de cette campagne présidentielle?

La campagne se fait trop à Paris. Et pourtant, on existe et on a notre mot à dire aussi!