Déportation des Juifs: La SNCF joue la transparence et ouvre ses archives de 1939-1945

avec AFP

— 

La SNCF a franchi une nouvelle étape dans sa politique de transparence sur la déportation des Juifs en annonçant vendredi qu'elle venait de déposer une copie de la «totalité» de ses archives numérisées de la période 1939-1945 dans trois centres de recherches et de témoignages sur la Shoah.

L'entreprise publique a précisé dans un communiqué qu'elle avait donné copie de la «totalité» de ses archives de la Seconde guerre mondiale au Mémorial de la Shoah à Paris, au centre Yad Vashem à Jérusalem et à l'Holocaust Museum à Washington.

«Par cette politique d'ouverture et de facilitation de l'accès, destinée à faciliter le travail des chercheurs», la SNCF entend ainsi «renforcer sa démarche de transparence sur le passé de l'entreprise».

Interrogé par l'AFP, l'historien André Kaspi, spécialiste de la Seconde guerre mondiale, a salué cette démarche «importante» de la SNCF. Pour l'historien, «tout accès aux archives permet d'écrire une histoire conforme à la réalité». «La SNCF est accusée - à tort sans doute - d'avoir participé la Shoah», a dit André Kaspi qui s'est interrogé : «La SNCF était-elle suffisamment libre pour dire non aux Allemands et avait-elle les moyens de s'opposer à leurs demandes?».