Des détenus de la maison d'arrêt de Nanterre diplômés

© 2012 AFP

— 

L'inspecteur académique des Hauts-de-Seine a remis jeudi matin des diplômes à une trentaine de détenus de la maison d'arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine) qui ont repris des études.
L'inspecteur académique des Hauts-de-Seine a remis jeudi matin des diplômes à une trentaine de détenus de la maison d'arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine) qui ont repris des études. — Miguel Medina afp.com

L'inspecteur académique des Hauts-de-Seine a remis jeudi matin des diplômes à une trentaine de détenus de la maison d'arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine) qui ont repris des études. «Le but est de vous donner des perspectives et de vous permettre une meilleure réinsertion. Nous voulons faire en sorte que votre séjour vous soit profitable et que vous sortiez de la maison d'arrêt avec une meilleure estime de vous-mêmes», a déclaré l'inspecteur académique, Edouard Rosselet, en remettant les diplômes.

La majorité de ces détenus, âgés de 18 ans à une trentaine d'années, a passé avec succès un brevet informatique et internet (B2I) ou un certificat de formation générale (CFG), qui valide l'aptitude d'un candidat à évoluer dans un environnement social et professionnel. Trois autres ont décroché respectivement le brevet des collèges, un BEP (Brevet d'études professionnelles) et un DAEU (Diplôme d'accès aux études universitaires) avec mention pour ce dernier.

Partenariat avec l'Université Paris X

Au total, 139 détenus de la maison d'arrêt des Hauts-de-Seine ont obtenu un diplôme durant l'année 2010-2011, a précisé Serge Cabriolé, responsable de l'enseignement au sein du centre pénitentiaire. Vingt-sept professeurs de l'Education nationale y assurent des cours, notamment dans les diverses matières du second degré, et un partenariat a été noué avec l'Université Paris X, située non loin.

«On préfère aller à l'école plutôt que de rester en cellule. Pour nous, c'est un passe-temps. Cela nous permet de nous évader», a affirmé à l'AFP l'un des lauréats, âgé de 26 ans. «En cours d'histoire, on est vraiment absorbés par ce que nous dit le professeur», a souligné un autre détenu de 34 ans.