Plus de 30.000 sans-papiers ont été régularisés en 2009, selon la Cimade

© 2012 AFP

— 

Environ 31.000 étrangers en situation illégale ont été régularisés en 2009, un chiffre jamais révélé par les autorités, a annoncé mardi l'association de soutien aux immigrés Cimade lors d'une conférence de presse.
Environ 31.000 étrangers en situation illégale ont été régularisés en 2009, un chiffre jamais révélé par les autorités, a annoncé mardi l'association de soutien aux immigrés Cimade lors d'une conférence de presse. — Pierre Verdy afp.com

Environ 31.000 étrangers en situation illégale ont été régularisés en 2009, un chiffre jamais révélé par les autorités, a annoncé mardi l'association de soutien aux immigrés Cimade lors d'une conférence de presse. Le responsable de l'ONG Gérard Sadik a annoncé ces chiffres sans pouvoir donner plus de précisions (régularisations pour raisons professionnelles, familiales ou humanitaires).

Selon le dernier «rapport au Parlement» sur «les orientations de la politique de l'immigration et de l'intégration consulté par l'AFP», 188.387 admissions au séjour ont été enregistrées en 2010. Le document gouvernemental qui porte sur l'année 2010 et qui a été rendu public cette semaine ne distingue pas entre les introductions (nouvelles arrivées) et les régularisations.

Quotas d'attibution de titre de séjour

En rendant public le 9 janvier le bilan de l'année 2011, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant n'a pas non plus fait cette distinction parmi les 182.595 premiers titres de séjour délivrés. Le gouvernement, qui prône une lutte ferme contre l'immigration clandestine et une réduction de l'immigration légale, se dit officiellement contre les régularisations de sans-papiers pour ne pas créer «un appel d'air».

«La législation n'a eu de cesse de se durcir ces dernières années, à tel point qu'aujourd'hui de nombreux étrangers ne tentent même plus d'entamer les démarches» pour l'obtention du visa ou du titre de séjour aux consulats et préfectures, a dit la Cimade. «Des obstacles sont dressés dans l'accès à la procédure», affirme Gérard Sadik, en indiquant que des quotas d'attibution de titre de séjour sont fixés aux préfectures.

La rétention des enfants en question

Par ailleurs, a souligné M. Sadik, la France pourrait être amenée à modifier sa législation après avoir été condamnée la semaine dernière par la Cour européenne des droits de l'Homme sur la rétention administrative des enfants. «La rétention de jeunes migrants accompagnés de leurs parents dans un centre inadapté aux enfants était irrégulière et contraire au respect de la vie familiale», selon un arrêt de la CEDH qui statuait sur le cas d'une famille placée en rétention à Rouen avant son renvoi au Kazakhstan.

Selon la Cimade, 356 enfants ont été enfermés en centre de rétention en métropole en 2010. La rétention des enfants, même accompagnés n'est prévue en France par aucun texte. Elle a cependant été validée par le Conseil d'Etat et la Cour de cassation.