Affaire Kulik: Le corps du meurtrier présumé va être exhumé

JUSTICE Le jeune homme est décédé en 2003...

E.O.

— 

L’affaire Elodie Kulik est décidément rocambolesque. Le meurtrier présumé de la jeune femme tuée le 10 janvier 2002 et lui-même décédé un an plus tard dans un accident de la route va être exhumé mardi, selon le journal L’Union.

Le corps de l’homme, qui repose au cimetière de Montescourt-Lizerolles (Aisne), va subir des prélèvements ADN, afin de vérifier si son empreinte génétique correspond à celle du sperme prélevé sur la scène du crime.

Grégory Wiart, décédé à l’âge de 24 ans, a été identifié grâce à une méthode particulière et inédite en France: c’est l’ADN de son père, enregistré au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg), qui a permis de le retrouver.

>> La méthode utilisée pour identifier le meurtrier présumé suscite des doutes. Lire notre décryptage.

La démarche ne signifie peut-être pas pour autant la fin de l’histoire, dix ans après le viol et le meurtre de la jeune banquière de 24 ans. Selon plusieurs témoignages, le meurtrier présumé n’aurait en effet pas agi seul. Mais les enquêteurs ignorent qui et combien sont ses complices.