«Innocenté» par son accusateur, Christian Iacono doit toutefois rester en prison

JUSTICE Le petit-fils de l'ex-maire de Vence, qui a accusé pendant 11 ans son grand-père de viol, s'est rétracté en mai dernier...

E.O.

— 

A.C.POUJOULAT / AFP

Christian Iacono doit rester en prison. La commission de révision a rendu cette décision ce lundi, a annoncé son avocat, et ce malgré les rétractations du petit-fils de l'ex-maire de Vence, qui l'a accusé pendant onze ans de viol. Christian Iacono, qui a toujours clamé son innocence, avait été condamné en appel en février 2011 à neuf ans de réclusion.

L'ancien élu restera incarcéré, dans l'attente de l'examen de sa requête en révision - pour lequel aucune date n'a encore été fixée. Jean-Louis Pelletier a précisé par téléphone à l'AFP que  la commission de révision a par ailleurs ordonné «un supplément d'information», dont il ignorait encore la teneur.

Libération provisoire en juin

Lors de l’examen de sa demande de suspension de peine, lundi dernier, le parquet avait, comme prévu, émis un avis défavorable. Christian Iacono, 76 ans, a pourtant bénéficié d’une libération provisoire en  juin 2011, avant de retourner en prison, le 9 janvier dernier.

La fille de l'ex-maire de Vence a dénoncé ce lundi la décision de la commission de révision. «C'est anormal, je ne comprends pas», a-t-elle réagi. «Papa va être anéanti. (...) Cette décision est incompréhensible et inhumaine. On n'en restera pas là», a confié Cécile Esmengiaud dans sa pharmacie de Grasse (Alpes-Martimes). «Il faut qu'il soit libéré. (...) On est en train de tuer petit à petit un homme qui crie son innocence depuis 11 ans», s'est-elle plainte, avant de s'agacer: «On est très en colère, jusqu'où vont-ils aller. Cela les arrangerait bien qu'il meure en prison!» Pour elle, la justice «ne veut pas reconnaître ses erreurs et se remettre en question».

En mai 2011, Gabriel, aujourd'hui âgé de 20 ans, est revenu sur ses accusations, affirmant avoir réellement été violé mais s’être trompé de coupable. «J’ai peut-être effectué une transposition, désigné mon grand-père à la place de quelqu’un d’autre», avait-il alors indiqué.