Son agresseur lui transperce le crâne avec un crochet, un jeune dans le coma

© 2012 AFP

— 

Un gitan de 20 ans, dont le crâne a été transpercé par un crochet lors d'une rixe avec d'autres jeunes sur le parking d'une discothèque de Lattes (Hérault), est hospitalisé dans un coma profond depuis samedi matin, a-t-on appris dimanche de source policière.
Un gitan de 20 ans, dont le crâne a été transpercé par un crochet lors d'une rixe avec d'autres jeunes sur le parking d'une discothèque de Lattes (Hérault), est hospitalisé dans un coma profond depuis samedi matin, a-t-on appris dimanche de source policière. — Jean-Francois Monier afp.com

Un gitan de 20 ans, dont le crâne a été transpercé par un crochet lors d'une rixe avec d'autres jeunes sur le parking d'une discothèque de Lattes (Hérault), est hospitalisé dans un coma profond depuis samedi matin, a-t-on appris dimanche de source policière.

Le jeune homme résidant dans une cité de Montpellier était toujours placé dimanche en réanimation à l'hôpital Gui-de-Chauliac de Montpellier, a précisé à l'AFP Michel Clamens, adjoint au chef de la sécurité publique du commissariat de Sète/Frontignan.

L'auteur présumé des faits n'était pas alcoolisé

Samedi matin, à 3h30, trois jeunes Antillais se sont rendus au night-club le Coconuts, à Lattes, à la périphérie de Montpellier. L'un des trois étant refoulé par le physionomiste, les jeunes sont restés sur le parking, tout en insultant le vigile. Peu après, un groupe de gitans a également essuyé des injures lors de sa sortie de l'établissement.

Une rixe entre les trois Antillais et les gitans, qui ne se connaissaient pas auparavant, a alors débuté, quelques dizaines de mètres plus loin, sur le parking d'une autre boîte de nuit, le Zèbre Bleu. Agitant une chaîne se terminant par un crochet, un des Antillais a transpercé le crâne d'un gitan.

L'auteur des faits a pris la fuite avant d'être interpellé par une patrouille de la BAC à 5h50. Agé de 24 ans, étudiant en 3e année d'AES (administration économique et sociale) à Montpellier, cet individu, qui n'était «pas alcoolisé au moment des faits» et dont le casier judiciaire est vierge, a reconnu les faits, a précisé Michel Clamens. Il a été présenté à un juge d'instruction de Montpellier dimanche en début d'après-midi afin d'être mis en examen.