«Je ne suis l'espion de personne», affirme Bernard Squarcini

AFP

— 

Le patron du Renseignement intérieur, Bernard Squarcini, accusé dans un livre d'être "instrumentalisé" par l'Elysée et d'avoir créé un groupe "d'opérations spéciales", a affirmé mercredi n'"être l'espion de personne".

"Je ne suis l'espion de personne", déclare, dans un communiqué à l'AFP, le patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), en faisant référence à des extraits du livre L'espion du président (Editions Robert Laffont), à paraître jeudi, publiés par la presse. Si Bernard Squarcini "ne souhaite pas répondre aux accusations qui (le) visent personnellement et qui ont déjà fait l'objet de nombreux développements dans la presse", en revanche, il "n'accepte pas que (son) service soit attaqué au travers des responsabilités" qu'il exerce.