Anne Sinclair: «Je dénie à quiconque le droit de juger mon couple»

MÉDIAS a journaliste se confie pour la première fois depuis l'affaire du Sofitel dans un entretien à paraître dans le magazine «Elle»...

N. Bg.

— 

Anne Sinclair, le 4 septembre 2011 à New York.
Anne Sinclair, le 4 septembre 2011 à New York. — LE FLOCH/SIPA

A quelques jours du lancement officiel de la version française du Huffington Post, sa directrice éditoriale, Anne Sinclair, 63 ans, confie ses impressions dans un entretien à Elle. Des extraits de l’interview à paraître demain se trouvaient déjà mercredi sur le site du magazine. «Ça me fait très plaisir de reprendre mon métier, dans l’euphorie de participer à quelque chose de neuf», y affirme l’ancienne l’ex-journaliste vedette de TF1.

«Je décide de ma vie en toute indépendance»

«Je crois que je peux encore apporter à ce métier», estime-t-elle, ajoutant: «Ce qui m'angoisse, c'est le lancement d'un  journal, qu'on ne soit pas prêts à temps, le stress, tout ça. Mais mon  retour à la lumière comme vous dites… il a déjà eu lieu, non? Au moins, c'est fait! Bon, c'est vrai que la lumière professionnelle est  toujours plus plaisante…»

Une référence aux affaires de mœurs concernant son mari, l’ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn, qui ont exposé médiatiquement la journaliste, surtout lors de l’affaire du Sofitel de New York. A ce propos, elle affirme: «Personne ne sait ce qui se passe dans l'intimité des couples et je dénie à quiconque le droit de juger du mien. Je me sens libre de mes jugements, de mes actions, je décide de ma vie en toute indépendance.»