Meurtre de Maxime: La gendarmerie lance un appel à témoins

ENQUÊTE es enquêteurs «suivent plusieurs hypothèses et doivent vérifier plusieurs pistes. Ils font donc appel à tout témoin pouvant apporter des éléments sur l'assassinat» de l'adolescent...

© 2012 AFP

— 

La gendarmerie a lancé lundi un appel à témoins dans le cadre du meurtre du jeune Maxime, après les obsèques du collégien de 14 ans retrouvé mort la semaine dernière à Etouvans (Doubs), le corps partiellement carbonisé.
La gendarmerie a lancé lundi un appel à témoins dans le cadre du meurtre du jeune Maxime, après les obsèques du collégien de 14 ans retrouvé mort la semaine dernière à Etouvans (Doubs), le corps partiellement carbonisé. — Patrick Hertzog afp.com

La gendarmerie a lancé ce lundi un appel à témoins dans le cadre du meurtre du jeune Maxime, après les obsèques du collégien de 14 ans retrouvé mort la semaine dernière à Etouvans (Doubs), le corps partiellement carbonisé. Les enquêteurs «suivent plusieurs hypothèses et doivent vérifier plusieurs pistes. Ils font donc appel à tout témoin pouvant apporter des éléments sur l'assassinat» de l'adolescent, a indiqué l'officier de communication de la gendarmerie de Franche-Comté, Didier Guériaud.

Les gendarmes recherchent ainsi «toute personne ayant véhiculé un individu entre Montbéliard et Colombier-Fontaine», ou «aperçu un ou plusieurs individus circulant à motocyclette» le 10 janvier entre 18h et 20h. «Toute personne ayant remarqué un ou plusieurs individus à pied ou poussant une motocyclette sur la D126 entre Voujeaucourt et Colombier-Fontaine» peuvent également composer le numéro vert mis à disposition (0800.004.843).

Dernier hommage

Peu avant cette annonce, plus d'un millier de personnes avaient rendu un dernier hommage à Maxime. Les obsèques ont été célébrées dans l'église du village d'Etouvans, trop petite pour contenir la foule. Des hauts-parleurs avaient été installés sur le parvis pour permettre à tous d'écouter la cérémonie religieuse, selon un photographe de l'AFP. Autour du cercueil blanc et de la famille de Maxime, de nombreux camarades de collège de l'adolescent étaient présents, l'établissement scolaire ayant fermé ses portes pour l'après-midi.

Des amis de ce passionné de moto-cross avaient aussi fait le déplacement, casque sous le bras.  «Nous n'entendrons plus le bruit de ta moto, c'est ta passion qui t'a coûté la vie», a déclaré la mère de Maxime, très émue. La foule est ensuite partie en procession jusqu'au cimetière.

La moto, «l'élément catalyseur»

Maxime avait quitté mardi soir le domicile familial pour rejoindre un jeune homme de 17 ans et faire du bricolage sur sa moto. Son corps partiellement calciné avait été retrouvé mercredi matin dans un bois à proximité du village. Il a reçu plusieurs coups d'arme blanche, dont un fatal à la carotide. Vendredi, le jeune de 17 ans a été mis en examen pour assassinat et placé en détention. Il a reconnu avoir été présent sur les lieux du drame, niant être l'auteur des coups d'arme blanche.

D'après les enquêteurs, la moto est «l'élément catalyseur» entre la victime et son ou ses agresseurs. Mais l'enquête doit encore déterminer le mobile exact du crime. Un deuxième suspect, interpellé vendredi, a été remis en liberté samedi. Une «marche blanche» avait déjà rassemblé plus de 1.000 personnes samedi à Etouvans.