Recherche crèches et nounous

Delphine Bancaud

— 

Fin des travaux pour la crèche Stenger Bachmann de Strasbourg le 17 septembre 2007.
Fin des travaux pour la crèche Stenger Bachmann de Strasbourg le 17 septembre 2007. — G. VARELA / 20 MINUTES

Il manquerait encore aujourd’hui en France entre 200000 et 300000 places d’accueil pour les enfants de moins de 3 ans. Selon une note du Centre d’analyse stratégique (CAS) publiée hier sur le sujet, seulement 43% des petits Français fréquenteraient un service d’accueil à plein temps (assistants maternels ou crèches).

Un chiffre cependant nettement supérieur à celui des autres pays de l’OCDE dans lesquels seulement 30% des petits bénéficient d’un service d’accueil à temps plein.

Des inégalités sur le territoire

«Pourtant des progrès ont été accomplis par les pouvoirs publics français ces dernières années, puisque le nombre de places en accueil collectif est passé de 295929 en 1999 à 357003 en 2009», indique Vincent Chriqui, directeur du CAS.

Des efforts malgré tout insuffisants car les besoins vont continuer à croître dans les prochaines années, notamment en raison de nombreux départs en retraite d’assistantes maternelles d’ici à 2015 et de la baisse de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans (passée de 35% en 2000 à 14% en 2010).

Autre écueil : les places seraient mal réparties géographiquement, selon le CAS. «La couverture en accueil collectif varie entre 4,3 et 38,3 places pour 100 enfants de moins de 3 ans en fonction des départements», relève Vincent Chriqui.

En outre, certaines crèches ne fonctionneraient pas à plein régime, leur taux de remplissage étant de l’ordre de 60%. Pour améliorer la situation, le CAS préconise la création d’un schéma départemental pour évaluer les besoins en modes de garde au niveau local, afin d’attribuer les aides publiques à la création de crèches en priorité aux territoires les moins bien pourvus.

Autre idée: booster la formation continue des assistantes maternelles pour valoriser leur métier et susciter davantage de vocations.