Clermont-Ferrand: L'homme dans le coma après son interpellation est décédé

FAITS-DIVERS Son arrestation «musclée» a causé plusieurs nuits de troubles dans le nord de la ville...

Nicolas Bégasse

— 

Des personnes défilent le 7 janvier 2012 à Clermont-Ferrand en soutien à  un homme de 30 ans arrêté de façon «musclée» la nuit du réveillon et  dans le coma depuis.
Des personnes défilent le 7 janvier 2012 à Clermont-Ferrand en soutien à un homme de 30 ans arrêté de façon «musclée» la nuit du réveillon et dans le coma depuis. — THIERRY ZOCCOLAN/AFP

Wassan El-Yamni, le Clermontois interpellé de manière «musclée» par deux policiers dans la nuit de la Saint-Sylvestre et plongé depuis dans le coma, est décédé ce lundi après-midi, selon son avocat. Jointe par 20 Minutes, la préfecture a confirmé l'information. Agé de 30 ans, il était marié et père d'un garçon de 3 ans et demi et d'une fillette d'un an. Il était chauffeur routier salarié et pratiquait le football.

>> Rendez-vous par ici pour tout comprendre de l’affaire

Arrêté vers 2h30 dans un quartier du nord de l’agglomération, il avait été plaqué au sol, menotté et aspergé de gaz lacrymogène après avoir caillassé un véhicule de police et s’être enfui, pour être finalement rattrapé par deux agents de la police canine. Arrivé inconscient au commissariat, victime d’un arrêt cardiaque, il avait pu être ranimé mais restait depuis plongé dans le coma.

Dispositif de sécurité maintenu pour cette nuit

L’affaire a provoqué quatre nuits de violences dans son quartier, une grosse trentaine de véhicules ayant été incendiés. Un dispositif spécial des forces de l'ordre avait été déployé, et la situation s’était nettement améliorée dans la nuit de dimanche à lundi. Le même dispositif sera maintenu pour la nuit de lundi à mardi, a assuré la préfecture à 20 Minutes. Plus de 400 policiers et gendarmes, ainsi que deux hélicoptères, seront mobilisés. «Si besoin, on peut monter en puissance», a-t-on ajouté à la préfecture.

Deux juges d’instruction ont été saisis du dossier. Les deux policiers ayant interpellé Wassan ont été mis en cause nommément et pourront être mis en examen.