Soins funéraires et VIH: Les associations veulent «des garanties politiques»

© 2012 AFP
— 
Les associations de lutte contre le sida ont demandé lundi au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, "de se prononcer publiquement" pour la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les personnes qui vivaient avec le VIH et/ou une hépatite virale.
Les associations de lutte contre le sida ont demandé lundi au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, "de se prononcer publiquement" pour la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les personnes qui vivaient avec le VIH et/ou une hépatite virale. — Patrick Kovarik afp.com

Les associations de lutte contre le sida ont demandé ce lundi au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, "de se prononcer publiquement" pour la levée de l'interdiction des soins funéraires pour les personnes qui vivaient avec le VIH et/ou une hépatite virale. "La preuve a été faite que cette interdiction doit être levée : le problème est politique, et non technique", affirment-elles dans un communiqué, à la veille d'une réunion prévue mardi au ministère autour du Directeur général de la Santé.

Les associations, parmi lesquelles Act Up-Paris, Elus locaux contre le sida ou Sidaction, indiquent qu'elles enverront des représentants à cette réunion, mais regrettent que le ministre "se défausse sur son administration". "En laissant la DGS seule, et non son cabinet, organiser cette réunion, le ministre voudrait faire croire que le problème se limiterait à la mise en place d'une expertise", écrivent-elles.

Pour les associations, "une nouvelle série de concertation d'expertise technique est inutile". "Scientifiques, associations et professionnels du funéraire sont unanimes : l'interdiction des soins pour les séropos est une absurdité scientifique, une discrimination et une violence pour les mort(e)s et leur entourage, un encouragement à prendre des risques pour les thanatopracteurs", estiment-elles.