Seine-Saint-Denis: Un appel à témoins fait polémique au sein de la police

C.C.

— 

Un appel à témoins qui sent le soufre. C'est par ce moyen, distribué dans une centaine de boîtes aux lettres de particuliers, que l'Inspection générale des services (IGS) a mené son enquête afin de déterminer les circonstances d'une violente intervention policière présumée survenue à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) en août dernier, rapporte Le Parisien ce vendredi. Cette méthode, qui choque les policiers de la BAC, est utilisée «dans le cadre d'une commission rogatoire émise par un juge d'instruction de Bobigny», justifie l'IGS. 

«Au départ, dans ce dossier, plusieurs suspects devaient être jugés pour des faits de rébellion et de violences sur des policiers. Le tribunal a décidé de renvoyer l'affaire pour obtenir un complément d'enquête. Une information judiciaire a alors été ouverte par le parquet de Bobigny. Un juge d'instruction a été désigné avant sans doute d'estimer devoir éclaircir les conditions d'interpellation des suspects. Il a alors saisi l'IGS. Mais, à notre connaissance, aucune plainte n'a été déposée à ce jour, contre les policiers», a expliqué une source judiciaire au Parisien

«Après la distribution de cet appel à témoins, plusieurs jeunes du quartier nous ont provoqués en nous disant que, quelle que soit la nature de notre intervention à l'avenir, ils systématiquement la police des polices. Cela va devenir très compliqué pour nous d'opérer dans ce quartier, dans lequel il est déjà très difficile d'intervenir en temps normal», ont témoigné des policiers au quotidien.