Tempête Joachim: 70.000 foyers encore privés d'électricité ce samedi

INTEMPERIES La tempête qui s'est abattue en France vendredi n'a pas fait de morts mais provoqué des dégâts matériels notables...

Avec Reuters

— 

Des curieux observent les vagues lors du passage de la tempête Joachim, aux Sables d'Olonne, le 16 décembre 2011.
Des curieux observent les vagues lors du passage de la tempête Joachim, aux Sables d'Olonne, le 16 décembre 2011. — SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA

La première grosse tempête de l’hiver s’est abattue sur la France vendredi, sans faire de morts mais en privant plusieurs centaines de milliers de foyers d'électricité et en provoquant une pollution aux hydrocarbures en Bretagne, où un cargo s'est échoué.

>> Revivez les événements de la journée de vendredi par ici

La tempête Joachim a commencé à balayer le nord du pays d'Est en Ouest dans la nuit de jeudi à vendredi. Onze départements sont encore en vigilance orange ce samedi. Des crues étaient signalées dans le Finistère, la Manche, les Deux-Sèvres, les Vosges et le département de la Meuse.

Il n'y a pas de victimes mais plus de 600.000 foyers ont été privés de courant - 70.000 le sont encore ce samedi matin. Le courant a été rétabli pour la moitié d'entre eux mais d'autres coupures sont à prévoir, précise le ministère de l'Energie dans un communiqué. «La tempête n'est pas terminée. La difficulté de la tempête Joachim par rapport aux autres tempêtes est qu'elle se maintient et se déplace très lentement de l'Ouest vers l'Est. De nouvelles coupures sont donc à prévoir», indique le ministère, qui prévoit un retour à la normale avant la fin du week-end.

Des rafales entre 90 et 100 km/h

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a dit à des journalistes que quelques dizaines de personnes avaient été évacuées de zones inondables, notamment sur la côte Atlantique. La Bretagne et le littoral atlantique ont été les premiers touchés par la tempête, avec de violentes rafales de vent atteignant 130 à 140 km/h sur le littoral, 110 à 130 km/h à l'intérieur des terres, de fortes pluies et des risques d'inondations localisées.

En raison de ces mauvaises conditions météorologiques, un cargo maltais s'est échoué dans la nuit près d'Erdeven, dans le Morbihan. Les 19 membres d'équipage du navire, qui transportait du ballast, ont été évacués par hélicoptère. Une brèche dans la coque du navire a provoqué une fuite d'hydrocarbures, entraînant une nappe de 1 km sur 5 km se dirigeant vers la plage d'Erdeven, dit la préfecture du Morbihan dans un communiqué.

Dans l'intérieur des terres, on a relevé de nombreuses rafales entre 90 et 100 km/h, avec des pointes au-delà de 110 km/h en Ile-et-Vilaine, rapporte Météo France. A Brest, dans le Finistère, le vent a soufflé jusqu'à 116 km/h. Des pointes à 126 km/h ont été enregistrées à Vannes, dans le Morbihan.

Trafic SNCF très perturbé dans l'Ouest

Météo France ajoute que ces rafales devaient atteindre dans la journée de vendredi 120 à 130 km/h, voire localement 140 km/h sur le littoral. «Le vent fort génère de très puissantes vagues occasionnant de forts déferlements sur la façade atlantique, notamment au moment de la pleine mer en matinée de vendredi», dit Météo France.

Le trafic SNCF est très perturbé dans les régions Pays-de-Loire et Bretagne en raison des dégâts provoqués par la tempête sur les voies. Toujours dans l'Ouest, plusieurs ouvrages ont été fermés à la circulation routière jeudi soir, dont le pont de Noirmoutier, en Vendée, et celui de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, selon le centre national d'information routière.

En Gironde, EDF a déclenché vendredi matin un plan d'urgence préventif à la centrale nucléaire du Blayais en raison de vents forts attendus. La météo s'améliorant, le dispositif a été levé vers 13h. En Ile-de-France, le trafic aérien pourrait être perturbé sur les aéroports d'Orly et de Roissy en raison des impératifs de sécurité imposés lorsque des vents soufflent au-delà de 100 km/h, a prévenu Aéroports de Paris. Des retards ne sont pas exclus.

>> Envoyez-nous vos photos et témoignages à reporter-mobile@20minutes.fr