La condamnation de Pierre Mauroy et Lyne Cohen-Solal confirmée en appel

N.Bg.

— 

La condamnation de l’ancien Premier ministre Pierre Mauroy et de l’adjointe au maire de Paris Lyne Cohen-Solal a été confirmée en appel, jeudi matin, par la 6e chambre correctionnel de la Cour d’appel de Douai (Nord), révèle le site du Figaro.

Le 4 février 2011, Pierre Mauroy avait été condamné pour abus de confiance dans l’affaire de l'emploi fictif à la communauté urbaine de Lille de Lyne Cohen-Solal. L’ancien Premier ministre socialiste était poursuivi pour des faits datant de 1992. A l’époque, Lyne Cohen-Solal, fidèle collaboratrice de Pierre Mauroy, avait été embauchée comme attachée de presse à la communauté urbaine de Lille, présidée à l’époque par le même Pierre Mauroy. Or, elle occupait en même temps le poste de rédactrice en chef d’un hebdomadaire socialiste, à Paris.

Les magistrats plus sévères en appel

Ils avaient été condamnés solidairement  à 20.000 euros d’amende avec sursis et l’ancien directeur de cabinet, Bernard Masset à 10.000 euros avec sursis. Tous trois avaient également obligés de rembourser 19.654 euros à la communauté urbaine de Lille au titre des salaires indûment perçus pour le poste d’attaché de presse.

Ce jeudi, les magistrats de la Cour d'appel de Douai ont été plus sévères que les juges du tribunal correctionnel, souligne Le Figaro. Ils ont assorti les condamnations prononcées à des intérêts à verser sur les sommes dues, calculés à compter du jugement de première instance. Et ils ont majoré l'indemnisation de la partie civile pour les frais de procédure.