Soupçons de corruption pour le «Pentagone» français: Bouygues va attaquer le Canard enchaîné

Avec Reuters

— 

Martin Bouygues, PDG de la société homonyme, annonce dans Les Echos qu'il va assigner Le Canard enchaîné en diffamation pour avoir écrit que le groupe serait impliqué dans une affaire de corruption entourant le contrat du futur ministère de la Défense, ce qu'il dément.

Le Canard enchaîné a avancé le 7 décembre qu'une information judiciaire pour corruption et favoritisme ouverte en février dernier sur ce projet-phare du gouvernement, surnommé le «Pentagone» français, visait le groupe de BTP, de médias et de communications. Bouygues avait alors assuré avoir appris par l'hebdomadaire que ce contrat -d'un montant de 3,5 milliards d'euros devant regrouper d'ici 2015 l'ensemble des états-majors et services centraux de la Défense dans un complexe neuf du 15e arrondissement- faisait l'objet d'une enquête.

«Les dégâts en termes d'image sont énormes»

«Il n'y a rien dans ce dossier qui concerne notre groupe», explique Martin Bouygues dans l'édition de jeudi du quotidien économique. «Je suis en colère et je porte plainte. Nous allons assigner Le Canard enchaîné en diffamation dans les tout prochains jours pour avoir proféré des accusations infondées contre nous et laisser entendre que, dès lors qu'on est dans le BTP, on est malhonnête», poursuit-il. «C'est insupportable. Les dégâts en termes d'image sont énormes».

Deux juges d'instruction, Serge Tournaire et Guillaume Daïeff, sont en effet saisis depuis février. Ils devront déterminer s'il y a bien eu corruption et éventuellement au profit de qui, a récemment dit une source judiciaire.