Vendée: Les habitants de la Faute-sur-Mer se révoltent contre les frais d'avocats du maire

N.Bg.

— 

On connaît le nom de la Faute-sur-Mer, ce petit village où vingt-neuf personnes avaient trouvé la mort à cause de la tempête Xynthia, en février 2010. Un article du Figaro révèle ce mercredi la surprise des habitants du village vendéen lorsqu’ils ont appris, à l’occasion d’un conseil municipal à la mi-novembre, le montant des frais d’avocat qui pèsent sur la commune, défendue, à l’initiative de son maire, par Me Olivier Metzner.

Le montant des honoraires du célèbre avocat parisien s’élève pour 2010 à 99.000 euros, découvrent les habitants de la Faute-sur-Mer. Une somme équivalente devrait être versée pour 2011. Une pétition circule depuis le 3 décembre dans le village pour protester contre ce montant, jugé excessif, indique Le Figaro. «Au final, c’est le citoyen qui va payer et on est 700 habitants!», s’est ainsi indigné le président des victimes de la Faute-sur-Mer, cité par le quotidien.

Une anecdote est notamment revenue à l’esprit des habitants: la fois où Me Metzner était arrivé dans le village… en hélicoptère. Interrogé, l’avocat parisien répond que, s’il fait «économiser à la commune des millions d’euros», elle le «remerciera». Cité par Le Figaro, il ajoute: «En me choisissant, la ville savait qui elle prenait. Je ne suis pas le moins cher, mais je ne suis pas le moins efficace.»