Berre-l'Etang: La directrice d'école et les institutrices séquestrées ont été libérées

ÉDUCATION es parents d'élèves ont obtenu le remplacement d'un professeur qui mettaient, selon eux, leurs enfants «en danger»...

avec AFP

— 

Des parents d'élèves de CM1 de l'école privée catholique Notre-Dame de Caderot, à Berre l'Etang (Bouches-du-Rhône), retenaient toujours mercredi matin la directrice de l'établissement et des institutrices pour obtenir le renvoi du professeur de leurs enfants.
Des parents d'élèves de CM1 de l'école privée catholique Notre-Dame de Caderot, à Berre l'Etang (Bouches-du-Rhône), retenaient toujours mercredi matin la directrice de l'établissement et des institutrices pour obtenir le renvoi du professeur de leurs enfants. — Mychele Daniau afp.com

Ils ont obtenu gain de cause. Une quinzaine de parents d'élèves de CM1 de l'école privée catholique Notre Dame de Caderot à Berre l'Etang (Bouches-du-Rhône) a relâché la directrice de l'école, une secrétaire et trois institutrices retenues depuis mardi soir pour obtenir le renvoi du professeur de leurs enfants.

Les parents ont pris cette décision après avoir reçu un communiqué du diocèse les informant de l'installation d'un suppléant jusqu'à la fin de l'année scolaire, a indiqué à l'AFP l'un d'entre eux, Bénédicte Marcon. Parmi les reproches faits au professeur, des retards dans le programme, un «manque d'autorité» et des «problèmes de sécurité».

«Il y aura un remplacement de cet enseignant à partir de demain [jeudi], il est retiré de l'école», a confirmé à l'AFP un porte-parole de l'inspection académique. «L'enseignant en difficulté sera reçu dans l'après-midi», a-t-il souligné, tout en précisant n'avoir été alerté du problème que mardi.

«La situation est incontrôlable»

«Nous sommes très inquiets par rapport à l'avancée du programme de CM1 et nous pensons que nos enfants sont en danger. La situation est incontrôlable, ça hurle dans la classe, les enfants pleurent tous les jours, un élève ne veut plus aller à l'école, ils sont touchés psychologiquement», avait indiqué mardi par téléphone à l'AFP Christophe Planes, l'un de ces parents d'élèves.

«Nous séquestrons la directrice et une partie des enseignants dans l'école jusqu'à ce que les choses bougent»,  avait-il ajouté.

«Nous avions une réunion avec ces parents d'élèves de CM1 et je reconnais qu'il y a des problèmes, ils ne sont pas entendus par les autorités académiques, donc ils ont décidé de me séquestrer avec trois enseignantes», avait confirmé Christine Courtot, directrice de l'établissement.

Contactée par l'AFP, le rectorat avait indiqué que le cas de ce professeur «qui est un stagiaire» est «connu et suivi par l'inspection académique». «Depuis que ce stagiaire est arrivé, la directrice est en conflit avec lui. Le directeur diocésain et le directeur de l'institut de formation pédagogique Saint Cassien [qui forme cet enseignant:] ont été reçus par l'inspection académique et le stagiaire est convoqué (ce) mercredi», a précisé le rectorat.

Le rectorat avait contacté mardi dans la soirée les parents d'élèves pour leur faire part de ces informations et leurs «donner l'assurance que ce professeur sera déplacé mercredi», selon la même source.

Le diocèse se réserve «le droit de poursuites»

Dans son communiqué, le diocèse s'est dit «choqué de la dimension prise par une affaire qui concerne un jeune enseignant dont les capacités pédagogiques poseraient question».

«Qu'ils occupent l'établissement s'ils veulent, mais qu'ils séquestrent des gens, c'est inadmissible»,  avait estimé M. Vincenti, se «réservant le droit de poursuites» face à «ce mode d'action disproportionné».

Pour Luc Chatel, «c'est aussi à la direction diocésaine d'apporter des réponses»

Luc Chatel a qualifié de «méthode un peu curieuse» la séquestration de la directrice d'école et des institutrice. Interrogé sur France Inter ce mercredi matin, le ministre de l'Education a indiqué que «l'inspection d'académie des Bouches -du-Rhône est en contact avec l'établissement» et que «nous sommes en train de regarder cette affaire».

Toutefois, selon Luc Chatel, «c'est aussi à la direction diocésaine qui gère l'établissement d'apporter des réponses aux parents d'élèves» car il s'agit d'un «établissment privé sous contrat qui est géré par l'enseignement catholique».