open data pour innover

lucie romano
— 
La plateforme data.gouv.fr a été dévoilée hier.
La plateforme data.gouv.fr a été dévoilée hier. — DATA.GOUV.FR

   Qui peut bien toucher les aides de la Politique agricole commune (PAC) ? Jusqu'ici, les citoyens ne pouvaient pas le savoir. Désormais, la réponse est accessible sur le site Internet data.gouv.fr. Cette plateforme dévoilée hier est le résultat de neuf mois de travail, menés par une mission du gouvernement, Etalab. La compilation de 350 000 données émanant des administrations de l'Etat, rendues accessibles et réutilisables gratuitement. Objectif ? « La transparence », explique Séverin Naudet, le directeur d'Etalab. Une exigence démocratique version XXIe siècle, comme l'a voulue Barack Obama, qui a ouvert la voie en 2009 aux Etats-Unis, suivi de près par la Grande-Bretagne. En France, plusieurs collectivités territoriales se sont mises à l'open data dans la foulée. L'Etat leur a emboîté le pas. 

 Qu'est-ce qu'on y apprend ?
Rien de nouveau pour la majorité des données, déjà mises en ligne sur les sites des ministères ou des administrations. Quant au reste des informations diffusées pour la première fois, elles ne portent pas sur des questions particulièrement sensibles. Ce qu'on peut connaître par exemple, c'est la localisation des accidents de la route. Une information brute, sous forme de fichier Excel, complexe à déchiffrer. Une barrière quasi infranchissable pour le particulier. La solution ? Transformer ces données peu attrayantes en services concrets. « C'est tout l'art d'une association qui a transformé le recensement des essences des arbres, mis en ligne sur le site Paris Data, en une application pour les allergiques », rappelle Benjamin Ooghe, cofondateur du collectif Regardscitoyens.fr. Un nouveau chantier s'ouvre, celui du soutien à l'innovation, pour développer tout un écosystème de l'open data.