Meuse: Trois ouvriers d'Alstom meurent fauchés par une locomotive

ACCIDENT Les employés n'ont pas été avertis de l'arrivée du train, qui réalisait des essais sur une voie parallèle...

A.-L.B. et J.M.

— 

Alstom, qui a échoué en référé à bloquer la fourniture de nouveaux trains par Siemens à la compagnie transmanche Eurostar, va poursuivre son action en justice sur le fond pour obtenir l'annulation de l'appel d'offres, a annoncé jeudi son PDG, Patrick Kron.
Alstom, qui a échoué en référé à bloquer la fourniture de nouveaux trains par Siemens à la compagnie transmanche Eurostar, va poursuivre son action en justice sur le fond pour obtenir l'annulation de l'appel d'offres, a annoncé jeudi son PDG, Patrick Kron. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Trois ouvriers sont morts fauchés ce jeudi matin aux alentours de 9 heures par le passage d'un train sur une voie SNCF dans la Meuse, a annoncé la gendarmerie. «Ce n'est pas un accident SNCF», a précisé la compagnie, indiquant qu'«il s'agit d'un accident industriel» puisque la voie ferrée est louée par Alstom à Réseaux ferrés de France (RFF). L'accident meurtrier s'est déroulé entre les villes de Loxéville et Villeroncourt, à proximité de Nancy et Châlons-en-Champagne.

D'après l'AFP, ces ouvriers étaient salariés du groupe de construction ferroviaire Alstom. La locomotive qui les a fauchés réalisait des essais sur une voie parallèle à la ligne Paris-Strasbourg, a précisé le capitaine Anne Cochart, officier de communication de la gendarmerie de Lorraine. «Huit ouvriers étaient en train de travailler sur la voie dont trois ont été fauchés par la locomotive», a indiqué à Reuters le lieutenant colonel Guy Antoine, commandant en second du groupement de gendarmerie de la Meuse.

Les victimes n'auraient pas été averties de l'arrivée de la machine. «Pour une raison que nous ignorons, il y a sans doute eu un gros problème de communication», a précisé Guy Antoine.