Deux Biélorusses condamnés à mort pour un attentat dans un métro

Reuters

— 

La justice biélorusse a condamné à mort deux hommes mercredi pour l'attentat à la bombe du métro de Minsk, qui avait fait 15 morts le 11 avril dernier.

Dmitri Vonovalov et Vladislav Kovaliov, tous deux âgés de 25 ans, ont été arrêtés trois jours après l'explosion, qui avait eu lieu à l'heure de pointe dans une station du centre-ville.

L'accusation a affirmé que les deux hommes préparaient des explosifs depuis des années et qu'ils étaient déjà à l'origine d'explosions survenues en 2005 dans leur ville de Vitebsk et en 2008 à Minsk.

Aveux sous la contrainte

Selon la mère de Kovaliov, aucun élément ne prouve l'implication des deux amis et leurs seuls aveux auraient été obtenus sous la contrainte, avant le procès.

Les autorités ont dit ne pas voir de motivations politiques derrière cet attentat sans précédent en Biélorussie. Il coïncidait toutefois avec une forte montée de tension liée à la répression d'opposants et à la crise monétaire.

La Biélorussie est le dernier pays européen appliquant la peine de mort. La sentence ayant été prononcée par la Cour Suprême, les condamnés n'ont pas le droit de faire appel.

Leur seule chance de survivre est d'être graciés par le président autocrate Alexandre Loukachenko. Ces seize dernières années, il a gracié un seul condamné à mort.

Les organisations de défense des droits de l'homme avaient appelé la justice biélorussie à ne pas imposer la peine capitale. Selon elles, les condamnés sont exécutés par balles et enterrés dans un lieu tenu secret.