Les profanations de lieux de culte en forte hausse en France

Avec Reuters

— 

Le nombre de profanations des lieux de culte et des cimetières s'est accru en France ces dernières années, relève le rapport d'un groupe d'études de l'Assemblée nationale, qui avance 12 propositions pour lutter contre ce «fléau».

Ce nombre est passé de 304 en 2008 à 474 en 2009, 621 en 2010, et de 509 de janvier à fin octobre 2011. Pour les dix premiers mois de cette année, les profanations ont touché 434 sites chrétiens, 34 sites israélites et 41 sites musulmans.

Les cimetières en zone rurale davantage visés

«On assiste à une relative recrudescence des faits de profanation même si les statistiques des premiers mois de l'année 2011 donnent l'espoir du commencement d'un reflux», relève le rapport, qui parle d'un «fléau persistant, fruit d'égarements individuels et parfois d'une perte de repères collectifs». «Compte tenu d'une implantation plus ancienne, les sites chrétiens, et en particulier ceux du rite catholique, apparaissent ainsi, en valeur absolue, parmi les lieux de culte et les cimetières les plus lourdement affectés par les profanations», soulignent toutefois les auteurs du rapport.

Le rapport souligne que les exhumations et les atteintes portées à l'intégrité des corps demeurent exceptionnelles.

La majeure partie des actes visant les cimetières ont lieu dans les régions Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Lorraine et Ile-de-France, qui abritent plusieurs cimetières et nécropoles militaires des guerres 1914-1918 et 1939-1945. Ce sont surtout les cimetières en zone rurale qui sont touchés