Affaire Dupont de Ligonnès: La secte de sa mère intéresse les enquêteurs

ENQUÊTE Philadelphie», étrange groupe de prière, aurait accueilli Xavier et Agnès jusqu'en 1995...

Nicolas Bégasse

— 

Photos non datées de Xavier et Agnès Dupont de Ligonnès.
Photos non datées de Xavier et Agnès Dupont de Ligonnès. — AFP

Toujours à la recherche de Xavier Dupont de Ligonnès, soupçonné du meurtre de sa famille à Nantes et introuvable depuis le 15 avril, les enquêteurs ont entendu pour la première fois un proche de membres du «groupe de prière» créé par Geneviève de Ligonnès, la mère de Xavier. C’est le Parisien qui révèle lundi cette audition inédite qui leur en a appris plus sur cette secte à laquelle auraient participé le meurtrier présumé et sa femme Agnès jusqu’en 1995.

Mélangeant messages reçus de l’au-delà, références à Satan, au «complot luciférien» et au «pouvoir occulte des juifs talmudistes», le groupuscule s’est réuni trois fois en Bretagne pour attendre l’apocalypse, de 1962 à 1999. Appelé «Philadelphie», ce «groupe de prière» créé en 1960 exigeait de ses membres qu’ils déscolarisent leurs enfants, adressent des «demandes d’adultère» et prient Lucifer, qui va «prochainement s’allier à Dieu». C’est un ancien membre du groupe, selon le Parisien, qui avait révélé ces détails en 1995 dans une lettre adressée à l’Adfi, une association anti-secte.

Selon ce témoignage, Christine, la sœur de Xavier Dupont de Ligonnès, se disait enceinte de «l’enfant-Dieu» qui allait sauver le monde. En sommeil de 1995 à 2009, la secte comptait une quarantaine de membres dans les années 1990 selon l’Adfi. Geneviève, la mère de Xavier, diffuse désormais ses messages sur le site catholique Gloria TV, précise le Parisien, qui indique que le dernier, daté du 8 septembre, parle de «l’ultime combat de la Lumière contre les ténèbres de ces temps».

Mots-clés :