Une ex-experte de Servier renonce à sa promotion

Vincent Vantighem

— 

L'Afssaps va être réorganisée.
L'Afssaps va être réorganisée. — F. DURAND / SIPA

A son corps défendant, Catherine Rey-Quinio est devenue, hier, un symbole. Mais, dans une affaire sanitaire qui pourrait causer entre 500 et 2 000 morts, les symboles sont importants. Sous la pression publique, ce médecin généraliste a renoncé à sa nomination à la direction de la cancérologie et de l'hématologie de l'Afssaps, l'agence française de sécurité sanitaire. Ancienne experte des laboratoires Servier du médicament Isoméride, Catherine Rey-Quinio avait surtout supervisé l'évaluation du Mediator pour l'Afssaps avant que le scandale sanitaire n'éclate.

La colère de Xavier Bertrand
Contacté par 20 Minutes, Dominique Marininchi, le directeur de l'Afssaps, a confirmé que cette experte avait retiré sa candidature. « La douleur du Mediator n'est pas éteinte. Il y a eu des victimes, lâche-t-il. Le doute n'est pas permis. Ceux qui ont eu des responsabilités avec le Mediator ne peuvent être promus… » Avant d'en arriver à cette conclusion, le directeur de l'Afssaps avait reçu des ordres de Xavier Bertrand. « Si on veut montrer qu'il y un avant et un après-Mediator, cette personne ne peut pas assurer à l'avenir des fonctions de directrice au sein de l'Afssaps », a notamment déclaré le ministre de la Santé. Encore en discussion entre le Sénat et l'Assemblée nationale, le projet de loi sur le renforcement de la sécurité sanitaire doit, à terme, réorganiser complètement l'Afssaps. « Je l'appliquerai avec vigueur », promet déjà Dominique Marininchi.

« Je n'étais rien ! »

« J'avais une hiérarchie. Je n'étais rien ! » Voilà comment Catherine Rey-Quinio justifie son rôle dans le scandale du Mediator. Cet extrait a été publié, le 4 novembre dans Le Livre noir du médicament aux éditions Plon.