Chevènement assume sa différence

— 

Jean-Pierre Chevènement, hier à RFI.
Jean-Pierre Chevènement, hier à RFI. — A. GELEBART / 20 MINUTES

« Je veux faire bouger les lignes », a répété hier Jean-Pierre Chevènement, président fondateur du MRC et candidat à la présidentielle lors de l'émission « Mardi politique », en partenariat avec Le Point et 20 Minutes. Revenant sur les raisons qui l'ont poussé à rempiler pour la présidentielle, il a affirmé être « candidat par patriotisme ». Avant d'égrener quelques idées fortes de son programme : la nécessite de réindustrialiser la France, de réviser le traité de Maastricht, de changer les règles de la monnaie unique… « Il faut conserver l'euro dans les échanges internationaux et revenir au franc pour les usages internes », a-t-il indiqué. Et pas question pour l'heure de se retirer de la compétition au profit de François Hollande : D'ailleurs, Jean-Pierre Chevènement partira aujourd'hui à la chasse aux parrainages au congrès des maires : « J'en suis à plus de la moitié », a-t-il déclaré, plutôt optimiste. Sans pour autant se faire d'illusions sur son futur score à la présidentielle : « Cassandre, on ne lui est jamais reconnaissant d'avoir prévenu de certains maux. »delphine bancaud