Mort d'Agnès: La direction du collège se dit «sidérée» et «indignée»

FAITS-DIVERS Il n'avait pas été informé du passé du suspect ...

M.B. C.V. au Chambon-sur-Lignon

— 

Philip Bauwens et Claude Le Vu, les responsables du collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon lors d'une conférence dimanche 20 novembre 2011 
 
Philip Bauwens et Claude Le Vu, les responsables du collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon lors d'une conférence dimanche 20 novembre 2011   — C.VILLEMAIN / 20 MINUTES

La direction du collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon (haute-Loire) s'est dite «sidérée» et «indignée», ce dimanche, à l'occasion d'une conférence de presse, de n'avoir pas été informé du passé du lycéen qui a été accusé samedi de l'assassinat d'Agnès.

Dans un interview donnée à 20minutes.fr, le père d'Agnès assure que la direction connaissait les antécédents du jeune homme et avait failli le renvoyer.

Le suspect aurait déjà violé une camarade de classe en août 2010. Après avoir été placé quatre mois en détention provisoire,  il avait été libéré sous contrôle judiciaire, mais n'a pas encore été jugé.

La direction a expliqué que son père leur avait juste indiqué que son enfant avait eu des difficultés, sans plus de précisions.

La direction a soutenu qu'elle n'aurait jamais accepté ce lycéen, âgé de 17 ans, dans son établissement si elle avait eu connaissance de son passé.

«Nous sommes sidérés par l'inconséquence du système», a ajouté la direction.

Dans la matinée, une marche blanche à la mémoire d'Agnès dont le corps a été découvert vendredi, a réuni près de 4.000 personnes .

La collégienne en internat dans le collège Cévenol avait disparu depuis mercredi.

Le cortège qui est parti de la Mairie vers 10h00, a traversé le village jusqu'à l'établissement scolaire. Les élèves ont alors dévoilé une plaque où est inscrit : «Les habitants du Chambon-sur-Lignon et le collège Cévenol en hommage affectueux à Agnès Marin», a constaté un journaliste de 20 Minutes, présent sur les lieux. «C'est un village de paix, il faut que cela continue en mémoire d'Agnès», a déclaré Eliane Wauquiez-Motte, la Maire de la ville. Elle a tenu à remercier la gendarmerie et tous ceux qui se sont mobilisés pour retrouver l'adolescente.

Les parents de la jeune fille n'ont pas participé à la marche.

En tête du cortège, la Maire était accompagnée par son fils, le ministre de la Recherche Laurent Wauquiez.

Massés juste derrière, les collégiens défilaient avec une banderole où était inscrit «Une étoile de plus dans le ciel».

«Cet enfant a été tuée dans des conditions atroces, et violée», avait indiqué, hier, le procureur Jean-Yves Coquillat lors d'une conférence de presse, précisant ne pas souhaiter donner davantage de détails, par respect pour l'entourage la collégienne.

Le magistrat avait par ailleurs annoncé qu'une information était ouverte pour assassinat et viol sur mineur de 15 ans. Le jeune suspect était «muni d'objets qui lui ont permis de commettre le crime», ajoutant que ces éléments «permettaient de penser et d'affirmer que le meurtre avait été commis avec préméditation».

Selon le Journal du dimanche, le lycéen a reconnu avoir attiré Agnès dans la forêt en prétextant la recherche de champignons hallucinogènes. L'information a été confirmée par une source proche de l'enquête selon l'AFP.

 >> Mort d'Agnès: Le suspect est accusé de meurtre avec préméditation et de viol