Discours de Sarkozy en direct: «Nous devons repenser le financement de notre système social»

N.Bg.

— 

La promesse faite depuis le sommet de l'Otan à Lisbonne par Nicolas Sarkozy, que l'Etat communiquerait "en temps et heure" tous les documents sur ce dossier, a en revanche été mal reçue.
La promesse faite depuis le sommet de l'Otan à Lisbonne par Nicolas Sarkozy, que l'Etat communiquerait "en temps et heure" tous les documents sur ce dossier, a en revanche été mal reçue. — Lionel Bonaventure afp.com
>> Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi sur 20 Minutes

13h27: Conclusion sur le thème de l'acceptation de la mondialisation, et sur la nécessité de réformer la France pour qu'elle reste dans le peloton de tête des pays qui comptent.
13h23: Sarkozy veut créer un «Haut conseil du financement de la protection sociale»
«Je veux la création d'un Haut conseil du financement de la protection sociale, qui engagera les partenaires sociaux, qui nous aidera dans le redressement des branches de la protection sociale. Il doit travailler avant la fin de l'année.»
13h21: Nicolas Sarkozy attaque les 35 heures
«Nous devons repenser le système de financement de notre système social.» Sarkozy évoque «deux erreurs» importantes: le passage à la retraite à 60 ans, et l'«invraisamblable affaire» des 35 heures.
13h18: Le chef de l'Etat rappelle la nécessité de réduire la dette de l'Etat, pour «maîtriser notre destin».
13h14: Sarkozy salue le rôle et le travail des travailleurs et contrôleurs du secteur de la protection sociale. «Je veux rendre hommage à ces fonctionnaires».
13h12: Nicolas Sarkozy énumère plusieurs types de fraude à la protection sociale, les condamnant un par un. «Nous devons être sans indulgence contre les fraudeurs et les tricheurs».
13h10: «Celui qui bénéficie d'un arrêt de travail frauduleux vole tous les Français»
«La fraude, c'est la plus terrible et la plus insidueuse des trahisons» du modèle social français. «Frauder, que dis-je, voler la sécurité sociale, c'est trahir la confiance de tous les Français et porter un coup terrible à la belle idée, nécessaire, de la solidarité nationale.»
13h10: Le chef de l'Etat passe quelques minutes à justifier à nouveau la réforme de la retraite. «Il n'y avait pas d'autres solutions».
13h08: Tacle à la gauche: «Je refuse cette stratégie», affirme Sarkozy en parlant des idées de la «nouvelle majorité du Sénat». Applaudissements dans la salle. Le chef de l'Etat rappelle les travaux déjà effectués par son gouvernement dans le domaine de la santé et du social: réforme des hôpitaux, RSA, affaire du Médiator...
Et Sarkozy annonce un nouveau projet: l'obligation de 7h de travail par semaine des bénéficiaires du RSA. «Pas pour punir, mais pour respecter et ramener de la dignitié: on ne peut pas être digne» quand on ne fait que «tendre la main».
13h04: «La vraie réponse, la seule, passe par une transformation de notre modèle sociale».
13h02: «Notre modèle social n'est pas intangible, il doit rester vivant. L'adapter, c'est le sauver et le pérenniser». Sarkozy veut que les droits des assurés sociaux répondent aux devoirs des assurés sociaux. «Le CNR n'a pas voulu construire un système d'aumône». Le président de la République n'est pas le défenseur de «faux acquis». «Je ne dissimulerai pas la vérité au prétexte qu'il y a des rendez-vous électoraux», affirme Sarkozy, sous les applaudissements.
13h00: «Ce n'est pas la réforme qui est un danger, c'est l'immobilisme»
«Le monde change et il ne nous attendra pas», affirme Sarkozy, soulignant le besoin de réformer le modèle social français. «Ce n'est pas une affaire de politique, de droite, de gauche, c'est une affaire de bon sens», estime le chef de l'Etat, qui rappelle l'espérance de vie qui s'est fortement accrue depuis 60 ans.
12h58: Un fort modèle sociale n'empêche pas une économie forte
«Depuis 15 ans, notre système de santé est l'un des meilleurs au monde», rappelle Sarkozy pour parler de la branche maladie de la protection sociale. «Je conteste l'équation croissance = faiblesse du modèle social.» Le chef de l'Etat souligne que le G20 a reconnu la nécessité dans chaque pays de créer un socle de protection sociale, «à l'initiative de la France».
12h55: Eloge de la politique familiale du gouvernement
Nicolas Sarkozy rappelle le taux de fécondité record en Europe de la France. «La France est en train de redevenir ce qu'elle fut pendant des siècles: la première puissance démographique d'Europe.»
12h54: La réforme des retraites pour protéger le modèle social
«Avec la réforme des retraites de 2010, nous avons voulu sauver la branche retraite de notre modèle social». Ceux qui refusent cette réforme «sont prêts à mettre en cause cet acquis social».
12h51: Le pacte de 1945 ne sera pas mis en cause
«Je n'accepte pas ces mensonges et ces outrances», affirme Sarkozy en parlant de ceux qui voient dans les réformes de son gouvernement un abandon du pacte de 1945. «Ceux qui ont trahi l'héritage du CNR, c'est ceux qui pendant des décennies ont caché aux Français qu'on les protégeait à crédit, en hypothéquant l'avenir de leurs enfants et de leurs petits-enfants».
12h48: Charles de Gaulle et le CNR évoqués
Le général de Gaulle est évoqué par Nicolas Sarkozy, ainsi que le Conseil national de la Résistance. Le modèle social créé par le CNR doit être protégé, pour le chef de l'Etat. «Nous ne laissons pas au bord du chemin ceux qui sont frappés par la maladie, par l'âge.» Nicolas Sarkozy énumère les fondamentaux du modèle social français, «sans équivalent dans le monde».
12h47: Le discours commence
Sarkozy prie l'assemblée d'excuser son retard.
12h35: Le discours doit commencer d'une minute à l'autre
12h02: A Bordeaux, le public attend le début du discours
Plusieurs centaines de personnes sont venues écouter Nicolas Sarkozy sur les fraudes aux prestations sociales au Hangar 14 de Bordeaux.

Dans le cadre de son déplacement à Bordeaux sur le thème des fraudes aux prestations sociales, Nicolas Sarkozy va prononcer un discours à midi.

Après la visite d'une caisse d'allocation familiale bordelaise, le chef de l'Etat s'exprimera depuis le centre des congrès et expositions de Bordeaux Hangar 14.