Les dons aux associations vont-ils rester déductibles des impôts?

SOLIDARITE Les associations sont inquiètes de voir l'amendement Carrez voté lundi, mais Roselyne Bachelot a tenté de les rassurer dimanche...

Delphine Bancaud

— 

La ministre des Solidarités et de la cohésion sociale, Roselyne Bachelot, le 7 septembre 2011, à l'Assemblée nationale, à Paris.
La ministre des Solidarités et de la cohésion sociale, Roselyne Bachelot, le 7 septembre 2011, à l'Assemblée nationale, à Paris. — B.TESSIER / REUTERS

Journée cruciale pour les associations. C’est lundi que l’amendement du rapporteur de la commission des Finances, Gilles Carrez (UMP), sera discuté à l’Assemblée dans le cadre du projet de loi de finances 2012. L’amendement prévoit la réduction des déductions fiscales sur les dons aux associations. «Actuellement, 66% du montant d’un don à une association est défiscalisé et même 75% pour celui versé à une association d’extrême urgence (Restos du cœur, banques alimentaires…). Si l’amendement est adopté, ces avantages fiscaux seront rabotés de 10%», explique à 20 Minutes, André Hoch­berg, président de France générosités, groupement d’associations et de fondations caritatives.

«Si l'amendement passe, on perdra entre 30 et 50% des dons»

Mais dimanche, la ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot, a relancé l’espoir des associations en annonçant sur RTL que le gouvernement s’opposerait à l’amendement. «Et je ne doute pas que les parlementaires iront dans le sens du gouvernement», a-t-elle ajouté. Une déclaration qui n’a pas totalement rassuré André Hochberg. «Nous n’avons pas encore la garantie que le gouvernement sera suivi par sa majorité», confie-t-il. Pour faire pencher la balance dans le bon sens, les membres de France générosités ont d’ailleurs fait du lobbying tout le week-end auprès des députés. «Si l’amendement passe, on perdra entre 30 et 50% des dons. Et il ne faut pas oublier que les associations sont le dernier rempart contre la pauvreté», prévient André Hochberg.