Anti-aéroport: Les tracteurs interdits d’entrer dans Paris

Frédéric Brenon

— 

Son parcours de 500 km devait s’achever samedi midi devant le Sénat à Paris. La Tracto-vélo des opposants au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qui s’est élancée dimanche matin de la région nantaise, n’est finalement plus autorisée à entrer dans la capitale. Les organisateurs de cette manifestation itinérante qui rassemble un minimum de six tracteurs et 60 cyclistes ont été prévenus ce matin par la préfecture de police. «Elle nous a indiqué que le refus venait du ministère de l’Intérieur, sans autre explication, rapporte Dominique Fresneau, co-organisateur. Nous sommes très surpris car tout était pourtant calé. Six tracteurs prennent peu de place et ne sont pas dangereux. Ça illustre bien l’importance que prend aujourd’hui ce dossier d’aéroport. Ça traduit aussi les doutes et la crispation des porteurs du projet face aux oppositions qui s’accumulent.»

Devant le Sénat, les participants de la Tracto-vélo devaient être rejoints par des élus et plusieurs associations françaises et de l’étranger. Seize cars remplis d’opposants au projet devaient aussi partir de Loire-Atlantique spécialement pour l’occasion. Du coup, les organisateurs ne veulent pas laisser tomber. «On ira à Paris et on essaiera de rentrer avec les tracteurs, prévient Dominique Fresneau. On verra à quel point le ministère est prêt à nous en empêcher. Le but n’est pas d’aller à la confrontation mais de faire entendre notre message. On espère un revirement de situation d’ici là.»

Soutenu par l’UMP et le PS, le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est combattu par Europe écologie-Les Verts, le MoDem, ainsi que plusieurs formations d’extrême gauche. Son ouverture est prévue pour fin 2017. Les travaux de construction pourraient débuter en 2014.