Usager du RER dans le coma: Six nouvelles gardes à vue

ENQUÊTE l s'agit de deux fonctionnaires de la BRF, deux employés d'une société de sécurité privée et deux agents de la SNCF...

William Molinié

— 

Six autres personnes ont été placées en garde à vue ce vendredi matin après l’interpellation jeudi d’un usager du RER, tombé dans le coma quelques minutes plus tard, a indiqué une source judiciaire à 20Minutes. Au total, sept personnes se trouvent donc actuellement en garde à vue dans le cadre de cette enquête confiée à l’inspection générale des services (IGS). Celle de l’agent de la surveillance générale (Suge) de la SNCF qui a participé à l’interpellation a été prolongée.

«Il s’agit de deux fonctionnaires de la Brigade des réseaux ferrés (BRF), deux employés d’une société de sécurité privée et deux agents de la SNCF», détaille cette même source, précisant que «tous ont été en contact direct à un moment donné avec l’individu». «Ces personnes ont été placées en garde à vue pour comprendre ce qu’il s’est passé et pour qu’elles bénéficient de droits, à savoir l’accès à un avocat», poursuit la source judicaire.

Le pronostic vital de l'usager «très engagé»

Les circonstances de l’interpellation sont encore floues. D’après les premiers éléments, il est peu avant 7h du matin jeudi, lorsqu’une personne actionne une borne d’appel d’urgence dans la gare du RER E Haussmann-Saint-Lazare à cause d’un homme qui se montrerait agressif avec les autres usagers. Trois contrôleurs de la SNCF et un agent de la Suge aperçoivent la scène et décident d’intervenir.

Ce dernier, pour maîtriser l’individu sort alors sa matraque télescopique et frappe à deux reprises l’homme, âgé de 25 ans. Trois policiers de la BRF les rejoignent et lui passent les menottes. Quelques minutes plus tard, l’homme perd connaissance. Transporté dans un hôpital parisien, son pronostic vital est «très engagé». Le visionnage des bandes de vidéosurveillance est en cours. Contactée par 20Minutes, la SNCF se « refuse à tous commentaires ».