La scientologie, qu'est-ce que c'est?

DÉCRYPTAGE 20Minutes» fait le point sur le mouvement fondé en 1952 par l'écrivain américain Ron Hubbard, dont la branche parisienne est jugée en appel à partir de ce jeudi...

Bérénice Dubuc

— 

L'église de Scientologie de Bruxelles.
L'église de Scientologie de Bruxelles. — OLIVIER PIRARD/ISOPIX/SIPA

Le procès en appel de la branche parisienne de l'Eglise de Scientologie s’est ouvert ce jeudi à Paris. Le mouvement, qui aurait profité de la vulnérabilité de plusieurs anciens adeptes pour leur soutirer de fortes sommes d'argent, est rejugé pour escroquerie en bande organisée devant la cour d'appel de Paris. 20Minutes fait le point sur ce mouvement.

La scientologie, c’est quoi?

La scientologie «propose une technologie qui vise à aider l’Homme à mener une existence plus heureuse et à atteindre une plus grande spiritualité». Principe de départ: l’Homme est un être spirituel, immortel, dont les facultés ne sont pas pleinement exploitées. «Il peut parvenir à des niveaux de conscience dépassant tout ce qu’il a jamais imaginé», «accéder à la liberté spirituelle et franchir les limites de l’univers physique et de la souffrance». Le moyen pour y parvenir étant la scientologie et ses enseignements.

Comment ce mouvement est-il né?

Le mouvement a été fondé en 1952 par l'écrivain américain de science-fiction L. Ron Hubbard. Il a d’abord développé une théorie sur le traitement des désordres de l’esprit humain: la dianétique. Un succès de librairie - La Dianétique: la puissance de la pensée sur le corps a été classé pendant 26 semaines dans la liste des best-sellers du New York Times – mais la dianétique n’a jamais été acceptée par la communauté scientifique et psychiatrique américaine. Hubbard dispense tout de même ses enseignements à ses premiers adeptes.

En 1952, il publie une nouvelle série d’enseignements, mais sous la forme d’une philosophie religieuse: la scientologie. Deux ans plus tard, la première Eglise de Scientologie ouvre ses portes en Californie. Le mouvement s’étend alors à travers le monde. En plus de ses «services religieux», l’audition et la formation, la Scientologie propose également des programmes sociaux, comme le programme anti-drogue Narconon ou le celui de réhabilitation de détenus, Criminon.

Le 24 janvier 1986, L. Ron Hubbard meurt, et c’est David Miscavige qui reprend le flambeau. Chef ecclésiastique de la religion de scientologie, il veille à «l’application exacte des technologies de Dianétique et de Scientologie» de son fondateur et «fait en sorte que la Scientologie continue à fonctionner».

Quels sont les enseignements d’Hubbard?

La scientologie a pour objectif d’améliorer les aptitudes de l’adepte pour qu’il atteigne sa véritable identité, son «thetan», être spirituel intrinsèquement bon et omniscient, aux pouvoirs illimités, qui remplira des missions intergalactiques et parviendra un jour «au contact de la divinité». Pour ce faire, l’adepte doit surmonter les effets des éléments négatifs de son esprit sur son corps, qui l’affaiblissent.

Pour effectuer cette «réhabilitation spirituelle», Hubbard a développé le système des «auditions», qui doit permettre, via l’utilisation d’un électropsychomètre, de revivre des événements douloureux ou traumatiques de son passé et permettre de se défaire de leurs effets négatifs sur l’esprit. Les adeptes peuvent suivre ces enseignements et ces auditions en échange de dons financiers.

Est-ce une religion ou une secte?

Aux Etats-Unis, l’Eglise de Scientologie est reconnue comme une religion depuis 1993. D’autres pays comme l’Italie, la Suède, l’Espagne ou le Portugal, l’ont également reconnue comme une religion. Cependant, en France, comme en Allemagne, en Grèce, en Belgique ou au Royaume-Uni, elle n’a pas ce statut. La scientologie a même été classée dans l’Hexagone parmi les sectes dans un rapport parlementaire de 1995.

Pourquoi la Scientologie est-elle controversée?

Le mouvement est la cible de critiques multiples. Ses détracteurs jugent que l’Eglise abuse de la générosité et exploite la fragilité de ses adeptes à des fins commerciales, et leur fournit ses services spirituels à des tarifs exorbitants. Dans un article de 1991, le Time a ainsi jugé que la Scientologie était «un racket mondialisé très rentable, qui survit en intimidant, à la façon de la mafia, ses adeptes et tous ceux qui émettent des critiques à son encontre».

Autres motifs d’inquiétude: le fait que la scientologie incite vivement ses membres à se détourner des personnes qui n’adhèrent pas à ses enseignements. Sans compter le fait que la Scientologie ne reconnaît pas les maladies mentales et considère que les adeptes peuvent s’auto-soigner grâce à l’enseignement religieux.

Qui en fait partie?

Le mouvement revendique 12 millions d'adeptes dans le monde et 45.000 en France. Cependant, les observateurs estiment que les scientologues sont entre 100.000 et 200.000 à travers le monde. Selon l’Eglise, toutes les couches de la société sont représentées chez les scientologues. Figures de proue du mouvement, les célébrités, comme Tom Cruise, Kirstie Alley, Lisa Marie Presley, Isaac Hayes ou John Travolta, sont particulièrement bien représentées au sein de l’Eglise, Hubbard estimant qu’elles peuvent jouer un rôle majeur dans la diffusion de ses théories.