Grève à Air France: Le trafic toujours perturbé

TRANSPORTS La compagnie espère assurer 80% des vols au deuxième jour d'une grève qui doit durer jusqu'à mercredi inclus...

Avec agences

— 

Des hôtesses et stewards d'Air France ont entamé samedi matin une grève de cinq jours, en pleine vacances de la Toussaint, pour protester contre les réductions d'équipages, grève que la direction s'efforce d'atténuer en limitant le nombre de passagers sur certains vols et en affrétant des avions d'autres compagnies
Des hôtesses et stewards d'Air France ont entamé samedi matin une grève de cinq jours, en pleine vacances de la Toussaint, pour protester contre les réductions d'équipages, grève que la direction s'efforce d'atténuer en limitant le nombre de passagers sur certains vols et en affrétant des avions d'autres compagnies — Thomas Samson afp.com

Air France prévoit d'assurer 80% de ses vols dimanche, au deuxième jour de grève à l'appel des syndicats d'hôtesses et de stewards prévue jusqu'à mercredi inclus. La compagnie a dit avoir assuré huit vols sur dix pour la journée de samedi, qui marquait le début du week-end de la Toussaint. Quelques vols moyen-courrier et une dizaine de long-courriers ont été annulés à destination de New York, Washington, Los Angeles, Montréal, Tokyo et Pointe Noire, au Congo, notamment.

88% des vols assurés samedi

Samedi, la compagnie a indiqué avoir pu assurer 88% de ses vols contre 80% annoncée. Selon elle, le pourcentage de grévistes était inférieur à 30%.

Les deux principaux syndicats du personnel de cabine, l'Unsa et le SNPNC-FO, ont estimé que le pourcentage de grévistes avait été supérieur à 50% samedi.

Devant la difficulté pour la direction d'établir des prévisions de vols - les PNC (personnel navigant commercial) n'étant pas obligés de prévenir de leur absence - celle-ci continue de limiter à 100 le nombre de passagers embarqués dans les avions court et moyen-courriers. Ce nombre est augmenté en fonction de la présentation des équipages, la compagnie appliquant la règle de 1 PNC pour 50 passagers.

De plus, selon Philippe Sportes de l'Unsa, «la direction a fait appel à 200 cadres instructeurs qui remplacent le personnel gréviste».

Enfin, Air France a également eu recours à des compagnies partenaires et à ses filiales pour transporter le maximum de ses clients.

L'Unsa se déclare d'ores et déjà satisfaite du nombre de grévistes samedi. «On a fait tous nos calculs, on est à plus de 50% de grévistes», a estimé Philippe Sportes. «Aujourd'hui cela va sans doute être la même chose, dimanche est une journée pendant laquelle il y a moins de vols. D'expérience, c'est le troisième jour, c'est-à-dire lundi, qui va être très compliqué», a affirmé le syndicaliste.

Didier Foussat, secrétaire général du SNPNC-FO, a également estimé que lundi, «on arrivera à un pic».

Sur son site internet, la compagnie prévient que des retards et des annulations de dernière minute sont possibles, le niveau de participation au mouvement étant difficile à estimer. En cas de vol annulé ou retardé de plus de cinq heures, le client peut se faire rembourser son billet, «à l'exception des frais de service», précise la compagnie.

Les revendications des grévistes, soutenus par l'Unsa-PNC, le SNPNC-FO, Sud Aérien, la CGT, la CFDT et la CFTC, portent sur la réduction du personnel de vol sur les long-courriers et les conditions de travail.

«Des problèmes de l'ordre du fantasme»

Pour la direction, ce mouvement «n'a pas de raison d'être». «Jamais il n'y a eu de plan social prévu vis-à-vis des hôtesses et stewards. On est dans des problèmes de l'ordre du fantasme», a déclaré sur BFM-TV Michel Emeyriat, directeur général adjoint d'Air France pour l'exploitation au sol.

Le ministre des Transports, Thierry Mariani, a lui aussi désapprouvé le mouvement. «Je ne comprends pas cette grève parce qu'il y a eu des négociations, le personnel a été rassuré», a-t-il dit samedi sur LCI (à voir par ici). «Si la compagnie a des difficultés, ce n'est pas avec une grève de cinq jours au moment des grands départs qu'on restaure son image, qu'on améliore sa compétitivité», a-t-il estimé. «Si la stratégie des syndicats, c'est systématiquement de lancer des préavis de grève au moment des grands départs, il ne faudra pas s'étonner si certains voyageurs, systématiquement, prennent des billets sur d'autres compagnies au moment des grands départs», a ajouté le ministre.

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet a reproché dimanche aux grévistes d'Air France d'avoir choisi le mauvais moment pour exprimer leurs revendications et de menacer la compétitivité de la compagnie. 

«Le droit de grève est un droit constitutionnel mais le week-end où les familles se réunissent parce que c'est la Toussaint, ce n'est pas le meilleur moment, et ce n'est pas le meilleur moyen de rendre un mouvement sympathique», a déclaré la ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement sur Europe 1

«Air France est dans une situation délicate. Une compagnie aérienne est mortelle, il y en a qui ont disparu (...) La compétitivité d'une entreprise, c'est un vrai enjeu et ça doit intéresser tout le monde», a-t-elle ajouté.

Baptême du feu pour Juniac, nouveau DG

Cette grève est un baptême du feu pour Alexandre de Juniac, qui a succédé la semaine dernière à Pierre-Henri Gourgeon au poste de directeur général d'Air-France-KLM. L'ex-directeur de cabinet de l'ancienne ministre de l'Economie Christine Lagarde a aussi été nommé au poste nouvellement créé de P-DG de la compagnie nationale Air France. Jean-Cyril Spinetta a retrouvé pour sa part son fauteuil de P-DG d'Air-France-KLM.

Le groupe franco-néerlandais est la première compagnie aérienne européenne en terme de chiffre d'affaires. L'Etat français détient 15,7% du capital et les salariés 9,8%.

Qantas cloue ses avions au sol

Par ailleurs, de l'autre côté de la planète, la compagnie australienne Qantas a annoncé l'immobilisation de tous ses appareils à partir de lundi soir en raison d'un conflit social. En août, Qantas, confronté à de lourdes difficultés, avait annoncé son intention de supprimer un millier d'emplois et de créer deux nouvelles compagnies desservant l'Asie dans le cadre d'une vaste restructuration.

Infos trafic:

Les voyageurs peuvent se renseigner par téléphone au 00.33.1.57.02.10.58