Chute d'un ascenseur à Paris: Le point sur l'affaire

FAITS-DIVERS Le propriétaire des lieux avait déjà été alerté par des habitants...

C.C. avec AFP

— 

Des policiers sur les lieux de l'accident qui a fait trois blessés  graves, une  femme et ses deux enfants, à la suite d'une chute de six  étages, d'une cabine d'ascenseur dans un immeuble du 19ème arrondissement  de Paris, le 27 octobre 2011.
Des policiers sur les lieux de l'accident qui a fait trois blessés graves, une femme et ses deux enfants, à la suite d'une chute de six étages, d'une cabine d'ascenseur dans un immeuble du 19ème arrondissement de Paris, le 27 octobre 2011. — THOMAS SAMSON / AFP

Des habitants de l'immeuble parisien dont l'un des ascenseurs a chuté de six étages jeudi avaient alerté au moins deux fois Paris-Habitat, propriétaire des lieux, de dysfonctionnements, selon des documents consultés ce vendredi par l'AFP. 20Minutes fait le point sur l’affaire.

Que s’est-il passé?
Jeudi, peu avant 13h, une cabine d’ascenseur d’un immeuble HLM du 11e arrondissement de Paris a chuté de six étages, du 4e jusqu’au deuxième sous-sol. A son bord, une femme de 40 ans et ses deux enfants, un garçon de sept ans et une fille de quatre ans.

Quel est l’état des victimes?
Les trois victimes ont été «très grièvement blessées». La mère a été hospitalisée à la Pitié-Salpêtrière tandis que les deux enfants ont été emmenés à l'hôpital Necker, le garçon ayant un «pronostic vital engagé» dans un premier temps. Les victimes étaient toujours hospitalisées ce vendredi. Une cellule de soutien psychologique pour les habitants a été mise en place.

Quel était l’état de l’ascenseur?
Des travaux avaient été effectués il y a un mois par l’entreprise Somatem sur cet ascenseur de marque Schindler qui avait également été vérifié par la société Véritas il y a quinze jours. Cette dernière a démenti cette information jeudi soir indiquant que des techniciens du bureau avaient inspecté cet ascenseur pour la dernière fois en février 2011. De son côté, Somatem a indiqué ce vendredi qu'elle tirerait «toutes les conséquences des conclusions des enquêtes en cours». Datant de 1996, l’immeuble dans lequel il se trouvait était lui «sans problème», selon Jean-Yves Mano, le président du conseil d'administration de Paris Habitat (ex-OPHLM de la Ville de Paris), qui gère le logement.

Quelles explications sont avancées?
«On ne sait pas quand ça a décroché ni quand le parachute s'est déclenché. La cabine est sous scellé», explique-t-on à Paris-Habitat. Toutes les autres cabines de cette adresse vont être arrêtées pour être contrôlées, a ajouté l’organisme. Une enquête a été ouverte, mais l’on a appris ce vendredi que le 27 juillet 2010, plusieurs locataires avaient adressé une pétition à Paris-Habitat, se plaignant de «pannes récurrentes» de cet ascenseur, et exigeant sa réparation et la réalisation d'un audit pour déterminer les «raisons» de ces pannes. Le 20 juin 2011, un habitant avait consigné, dans un «mémo de communication» - qui sert à enregistrer les doléances des locataires - un incident survenu avec l'ascenseur, arrêté «30 à 40 cm» en dessous du niveau normal au sous-sol. «Malgré cela, les pannes n'ont pas arrêté. Ils enregistrent mais ils ne font rien. Ces documents montrent qu'ils ont fait la sourde oreille à nos demandes», a expliqué l'un des signataires de la pétition.

Quel est l'état des ascenseurs en France?
D'après la fédération des ascenseurs, «le parc français en service compte environ 500 000 appareils dont 482 500 accessibles aux personnes», selon le dernier recensement de la profession réalisé en 2010. «Aujourd’hui, la moitié du parc français a plus de 25 ans et certains d’entre eux (un quart du parc) ont même plus de 40 ans. La région Ile-de-France concentre plus de 40% du parc national», ajoute le dernier rapport de la fédération. «Depuis 2005, le nombre de ces accidents a diminué régulièrement : 3 en 2008, aucun en 2009 et 1 en 2010 (sur un appareil non mis en sécurité)», indique encore le rapport.