Chloé (à droite), transsexuelle, est mariée à Marie.
Chloé (à droite), transsexuelle, est mariée à Marie. — DR, photo publiée avec l'accord de Chloé

INTERVIEW

Chloé, transsexuelle mariée: «Les temps changent, et c'est tant mieux»

Marié et père de trois enfants, Wilfrid, devenu Chloé, transsexuelle voulant changer d’état civil, réagit après une première audience positive au tribunal de Brest...

Un a priori positif, mais pas de décision avant le 15 décembre pour le tribunal de Brest concernant la demande de changement d’état civil de Chloé, transsexuelle soutenue par son épouse et ses trois enfants. Contactée par 20Minutes, Chloé réagit à ce signe encourageant qui pourrait donner lieu à une décision de justice inédite en France.

Quel est votre état d’esprit après l’audience de ce jeudi?
Je reste très prudente, parce que le véritable résultat, définitif, sera la remise du délibéré rendu le 15 décembre.

Êtes-vous malgré tout plus optimiste qu’à votre entrée dans le tribunal de Brest avant l'audience?
Oui, je suis plus optimiste, car ce matin il y avait la crainte non pas de l’annulation du mariage, car cela ne se fait pas, mais de l’appel à divorcer pour obtenir le changement d’état civil. Mais au-delà de la décision du tribunal, il y a une autre menace: que le garde des Sceaux fasse appel, même si cela n’est pas dans l’intérêt du gouvernement de le faire. On est dans une société qui a avancé. A l’approche des élections, un appel ne serait pas forcément bien vu. Les temps changent, et c’est tant mieux.

Comment s’est déroulée l’audience?
Notre avocat a expliqué notre souhait de rester mariées, et mon souhait de me réapproprier l’identité que j’ai toujours eu au fond de moi. Il a aussi parlé du désir de nos enfants, qui étaient représentés par leur propre avocat, d’avoir des parents encore plus épanouis.

Quelle a été leur réaction?
Ils sont remplis de joie, pour eux c’est la promesse d’une vie plus heureuse.

Pourquoi un délibéré au 15 décembre?
Nos enfants ont émis le souhait d’être entendus auprès du juge des tutelles, et ils le seront le 9 novembre. Ensuite il y aura un petit temps pour fournir le délibéré, ce n’est pas une décision qui se prend sur le coup.

La sollicitation des médias, le fait d’être un symbole, comment le vivez-vous?
Pour Marie c’est beaucoup, elle a un peu baissé les armes. Pour ma part, c’est quelque chose de fatigant, mais j’étais déjà dans un parcours du combattant. Il n’y a rien d’insurmontable, mais c’est un sacré marathon

Pourquoi ce souhait de changer d’état civil?
Quand votre apparence physique est opposée à ce que dit votre carte d’identité, cela pose des problèmes au quotidien: pour passer la frontière, pour aller voter… Et encore, j’ai la chance d’avoir un travail stable, mais pour d’autres personnes qui doivent trouver un emploi, c’est très difficile.

Comment auriez-vous pris un refus net du tribunal de changer votre état civil tout en maintenant votre mariage?
Très mal. Car à travers le mariage, on recherche la protection de l’autre, au cours des aléas de la vie. Divorcer, c’est abandonner cette idée-là.