Val d'Oise: La mairie de Saint-Gratien suspectée d'avoir fiché des musulmans

POLÉMIQUE a municipalité reconnaît avoir effectué des relevés d’immatriculation mais nie toute création de fichier...

E.O.

— 

La commune de Saint-Gratien, dans le Val d'Oise.
La commune de Saint-Gratien, dans le Val d'Oise. — Capture d'écran Google map

Du fichage à Saint-Gratien? L’ AFMSG, l’association franco-musulmane de cette commune du Val d’Oise, accuse la Ville d’avoir répertorié les plaques d’immatriculation de citoyens musulmans, révèle Le Parisien ce jeudi.

Les faits remontent au vendredi 19 août, lors de la prière: Ce jour-là, selon des membres de l’association, trois policiers municipaux auraient relevé les immatriculations des participants. Saisie de la plainte, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a débarqué à l’hôtel de ville de Saint-Gratien mardi dernier pour fouiller les ordinateurs de la municipalité.

Contentieux à propos d’une salle

La maire, Jacqueline Eustache-Brinio reconnait que les plaques ont été relevées mais nie tout «fichage». Et d’expliquer qu’il s’agit d’un nouveau rebondissement dans une affaire qui l’oppose à l’association franco-musulmane depuis quelques semaines.

La salle municipale où la prière se déroule est en effet l’objet d’un contentieux, la mairie arguant qu’elle «ne met pas à disposition des locaux à des fins de pratiques cultuelles». Seulement, un juge des référés a exigé en août dernier de la mairie qu’elle propose un lieu à l’AFMSG, dans les mêmes conditions qu’à n’importe quelle autre association.

Or, explique la mairie, l’AFMSG «a justifié la mise à disposition de la salle municipale par la présence de personnes âgées et handicapées du département» du Val d’Oise. En relevant les plaques, elle cherchait donc à démontrer au juge que des personnes fréquentant le local «viennent d’ailleurs».