Cora ne licenciera pas la caissière accusée de «vol»

SOCIAL L'employée de la chaîne de supermarchés avait récupéré un coupon de réduction sur un ticket de caisse...

P.B.

— 

Le supermarché Cora à  Bruay-Labuissière,  le 07 septembre 2001.
Le supermarché Cora à Bruay-Labuissière,  le 07 septembre 2001. — AFP PHOTO DENIS CHARLET

Internet mondial 1, Cora 0. Mercredi soir, la direction de la chaîne d'hypermarchés a finalement fait marche arrière dans l'affaire d'une caissière accusée de vol. «La direction de Cora Mondelange a décidé de ne pas poursuivre la procédure engagée à l'encontre d'une salariée du magasin», écrit le groupe sur sa page Facebook officielle. Traduction: face à la mobilisation des internautes sur Twitter et Facebook, Cora a décidé d'arrêter son suicide médiatique.

La caissière était en procédure de licenciement pour avoir récupéré une réduction d'un euro sur un ticket de caisse abandonné par une cliente. Cette représentante du personnel CGT de l'hypermarché a livré sa version des faits au micro de France Inter ce mercredi: «J'ai pensé à mon fils de 8 ans, je l'ai détaché, mais vraiment au vu de tout le monde, et juste après, à 14 heures, à la fin de mon service, on m'a interpellée, l'adjoint de la sécurité et ma chef de caisse me disant que c'est la propriété de Cora».

 

La femme est employée depuis dix ans par  l'hypermarché et gagne 940 euros par mois. Du coup, les internautes lui sont venus en aide, multipliant les appels au boycott de la marque. «On se demande encore pourquoi cette employée était visée? Pour un vol de ticket de caisse ou pour son combat en tant que représentante du personnel? Les réseaux sociaux ont servi à quelque chose sur ce coup!!!», se félicite un internaute. D'autres accusent Cora d'avoir effacé leur message. Il semble en revache que la page de Cora Hongrie soit moins modérée...