Accouchement de Carla Bruni: Le quartier de la Muette est en ébullition

REPORTAGE La clinique du 16e arrondissement de Paris, où Carla Sarkozy doit accoucher, est sous très haute surveillance...

William Molinié

— 

Des journalistes font le pied de grue devant la clinique de la Muette, dans le 16e arrondissement de Paris, le 9 octobre 2011.
Des journalistes font le pied de grue devant la clinique de la Muette, dans le 16e arrondissement de Paris, le 9 octobre 2011. — T.SAMSON / AFP

Pour une grossesse qui voulait passer inaperçue, c’est plutôt raté. Depuis dimanche, les riverains de la rue Nicolo (16e arrondissement de Paris) sont à l’affût du moindre mouvement de l’impressionnant dispositif de sécurité déployé autour de la clinique de la MuetteCarla Bruni-Sarkozy doit, selon plusieurs médias, accoucher. Lundi, la préfecture de police a annoncé sobrement avoir déployé un «périmètre de sécurisation». Impossible de rentrer dans la clinique sans de bonnes raisons.

Attente et rumeurs

Outre des camions de policiers qui patrouillent dans le quartier, plusieurs dizaines de molosses en civil sont postées à chaque coin de la rue. «Personne ne doit rôder à moins de cent mètres de l’entrée», lâchait mardi l’un d’entre eux. Les riverains peuvent traverser la rue, mais il ne faut pas trop flâner.

«On me demande à chaque fois d’ouvrir mon sac de cours. Matin et soir», rouspète un lycéen. «Ça ne m’embête pas vraiment. Je trouve ça normal, c’est quand même la première dame de France! En plus, la rue n’a jamais été aussi propre, les agents de la ville n’arrêtent pas de passer le jet d’eau», s’exclame Brigitte, 60 ans.

«Ici, Carla a déjà accouché une bonne dizaine de fois»

Le stationnement est interdit devant l’entrée et une place, gardée par deux potelets, est réservée en bas des marches. Toutefois, le véritable spectacle n’est pas devant la clinique, mais à 200 mètres où les journalistes sont retranchés. Certains font le pied de grue depuis 72 heures. «Alors, elle est passée la cigogne? Faut pas rester là, vous allez prendre racine», leur lance, railleuse, une riveraine.

Un photographe s’endort sur sa moto, un autre réquisitionne un banc pour faire sa sieste. «Ça bouge», lance l’un d’entre eux. Fausse alerte. L’attente, interminable, alimente les plus folles rumeurs. Ici, Carla a déjà accouché une bonne dizaine de fois. «Je suis sûr que c’est déjà fait. Ou bien, c’était un leurre et elle est autre part», croit savoir Hervé, 78 ans, un habitant. Un autre, dont la nièce a enfanté mardi à la clinique raconte qu’«à l’intérieur, c’est l’effervescence» et que «le personnel est stressé». Si cette naissance est tenue bien secrète, les langues, elles, sont bien pendues…