Aix-en-Provence: Un détenu s'enfuit grâce à l'attaque d'un fourgon pénitentiaire

FAITS-DIVERS Un agent de prison a été blessé par balles à la cuisse lors de l'attaque, ses jours ne sont pas en danger...

E.O.

— 

Un détenu s’est évadé ce mardi lors de l’attaque d’un fourgon pénitentiaire, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhônes), a révélé une source proche de l’enquête.

Deux individus casqués ont mis en joue les gardiens au moment où le détenu descendait du fourgon cellulaire, dans l'enceinte de l'hôpital. Un agent de l'administration pénitentiaire a été atteint par une balle à la cuisse. Le blessé a été transporté à l'hôpital, mais ses jours ne sont pas en danger.

«Vraisemblablement un gros poisson du banditisme»

Selon le syndicat CGT-Pénitentiaire, c'est au moment de descendre du véhicule que le chef d'escorte a été interpellé par un individu exigeant la libération de la personne détenue. Le chef d'escorte, ayant refusé, l'agresseur lui a tiré une balle dans la cuisse.

D'après l'AFP, le fugitif est Raphaël Gimenez, 35 ans. Qualifié de dangereux et connu notamment pour des faits d'escroquerie, il n'était pas libérable avant 2023. «On ne monte pas ce type d'opération pour un deuxième couteau, il s'agit vraisemblablement d'un gros poisson du banditisme», a indiqué une source policière à Reuters.

Maison d'arrêt bloquée

L'évadé a pris la fuite avec un complice sur un deux-roues, que les deux hommes ont abandonné quelques mètres plus loin pour s'engouffrer dans un véhicule monospace, selon un témoin. L'homme, détenu à la prison de Luyne, était en cours de transfèrement à l'hôpital d'Aix.

Les agents de la pénitentiaire ont immédiatement bloqué la maison d'arrêt d'Aix, bloquant toutes les activités et les parloirs, a annoncé la CGT dans un communiqué.

Cette évasion relance la polémique sur les escortes de détenus, officiellement transférées le mois dernier de la police à l'administration pénitentiaire, une mesure très critiquée en raison d'un manque de moyens et de qualifications.