Michel Mercier lance l'Alerte enlèvement sur Facebook

INTERVIEW Le garde des Sceaux annonce qu'à partir de mardi, «les particuliers pourront relayer l'alerte»...

Propos recueillis par Delphine Bancaud

— 

Le plan Alerte enlèvement a été déclenché vendredi en début d'après-midi après l'enlèvement d'Elise, 3 ans et demi, à Arles par deux hommes et une femme, a annoncé la direction centrale de la police judiciaire à Paris.
Le plan Alerte enlèvement a été déclenché vendredi en début d'après-midi après l'enlèvement d'Elise, 3 ans et demi, à Arles par deux hommes et une femme, a annoncé la direction centrale de la police judiciaire à Paris. — Martin Bureau AFP/Archives

Le ministre de la Justice lance mardi un partenariat qui permettra l’extension du plan Alerte enlèvement sur Facebook, leader mondial des réseaux sociaux. L’objectif: accroître les chances de retrouver un enfant disparu.

Alerte enlèvement a été utilisée à une dizaine de reprises depuis 2006. Pour quels résultats?
Les treize enfants enlevés, pour lesquels l’alerte a été déclenchée, ont tous été retrouvés rapidement, ce dont je me réjouis évidemment! Ce système est efficace car il repose sur une procédure stricte, qui définit les quatre critères nécessaires au déclenchement. Il faut que l’enlèvement soit avéré et que cela ne soit pas une simple disparition, même inquiétante, que la victime soit mineure et que sa vie ou son intégrité physique soit en danger et, enfin, que le procureur de la République soit en possession d’informations dont la diffusion peut permettre de localiser l’enfant et/ou son ravisseur.

Savez-vous combien de personnes touche l’Alerte Enlèvement?
L’alerte est très largement relayée par nos 52 partenaires et leurs réseaux. Chaque citoyen est potentiellement exposé aux médias radios, télévisions et Internet, ou encore aux panneaux d’affichages dans les gares et sur les réseaux autoroutiers. Le nombre d’appels reçus par les services d’enquête, plus de 400 en moyenne, démontre une mobilisation importante de la population.

Qu’attendez-vous de votre nouveau partenariat avec Facebook?
C’est une première en Europe et c’est aussi la première fois qu’un pays autre que les Etats-Unis et le Canada développe cette initiative. Avec le leader mondial des réseaux sociaux sur Internet, nous élargissons le nombre des personnes susceptibles d’avoir connaissance de l’alerte puisque 25 millions de Français possèdent une page Facebook, soit plus d’un Français sur trois ! Ceci, bien sûr, dans un cadre légal et sécurisé par le ministère.

Comment inciter les Français à s’inscrire sur la page Facebook d’Alerte enlèvement?
Ce sera la première fois que les particuliers pourront relayer l’alerte. Dans le cas aussi sensible qu’un enlèvement d’enfant, où sa survie est en jeu, je ne doute pas qu’ils saisiront l’occasion d’être acteurs de ce dispositif. J’ai souhaité sensibiliser l’ensemble des associations et des parlementaires qui, grâce à leur approche citoyenne, valoriseront et relayeront cette nouvelle page Facebook Alerte enlèvement. Avec ce partenariat, notre seul objectif est d’accroître toujours plus les chances de retrouver un enfant enlevé.