Michel Neyret, directeur adjoint à la direction interégionale de la PJ devant une saisie de drogue. Lyon, le 17 mai 2011.
Michel Neyret, directeur adjoint à la direction interégionale de la PJ devant une saisie de drogue. Lyon, le 17 mai 2011. — CYRIL VILLEMAIN/20 MINUTES

Société

PJ de Lyon: Qui est Michel Neyret?

ENQUÊTE – De superflic à trafiquant de drogue présumé...

Il avait l’habitude d’être médiatisé pour des affaires de drogues, mais pas en tant que suspect. Le 4 septembre dernier, Michel Neyret faisait figure de héros dans un reportage de l’émission Zone interdite consacré au grand banditisme, comme le rapporte Rue 89. «Pas d'états d'âme pour Michel Neyret. Plus que jamais, à chacun son camp: le banditisme d'un côté, de l'autre la loi et l'ordre», commentaient les journalistes.

Mais depuis jeudi, le directeur adjoint de la police judiciaire de Lyon est passé de l’autre côté de la barrière. Arrêté avec son épouse à son domicile dans le cadre d’une enquête menée par deux juges de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris, le «superflic» a été placé en garde à vue à Paris. L’homme de 55 ans, devrait être déféré en vue d'une mise en examen et d'un éventuel mandat de dépôt.                                   

Il a reçu la légion d’honneur

Pourtant jusque-là, son parcours semblait exemplaire. Après un passage à la PJ de Versailles à sa sortie de l’école de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, il avait pris la tête de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la police judiciaire de Lyon. Il resta vingt ans patron de l’antigang, où il se tailla une solide réputation avec des méthodes de flic à l’ancienne, proche de ses hommes, qui en font une légende dans le monde des enquêteurs de haut niveau, relate Le Progrès.

Le journal précise qu’après l’antigang, le commissaire divisionnaire a pris la direction de la PJ de Nice en 2004. La même année, il  reçu le ruban de chevalier de la Légion d’honneur, notamment pour avoir réussi avec ses troupes l’arrestation dans la Drôme d’un commando à l’origine d’une spectaculaire évasion.

Avant de revenir dans son fief lyonnais en tant que directeur adjoint de la DIJP, il aurait décliné plusieurs postes dans la région parisienne.

Un homme respecté

Un travail qui a forcé l’admiration. «J'ai toujours eu pour ce policier un regard assez admiratif, c'est un homme franc, courageux et totalement dévoué à son métier (…) C'était un meneur d'hommes, un flic comme on se le représente», a déclaré au micro d'Europe 1 Me François Saint-Pierre, ténor du barreau de Lyon, qui a souvent été confronté à Michel Neyret dans des affaires relevant des assises.

Rue 89, rend compte également des propos tenus sur RTL par le réalisateur, Olivier Marchal, que Neyret a conseillé pour son prochain film Les Lyonnais: «Le bonhomme était un super poulet, aimé et respecté de tous les flics de Lyon et de Paris (…), avec des méthodes à l'ancienne qui ont prouvé leur efficacité».