Sarthe: Les ravisseurs présumés des fillettes interpellés

ENQUÊTE e couple qui aurait enlevé Charline et Julie a été arrêté en région parisienne, a annoncé le procureur du Mans...

B.D., avec G.F.

— 

Julie (à gauche) et Charline (à droite) Chapin, les deux fillettes enlevés dans la Sarthe le 17 septembre 2011.
Julie (à gauche) et Charline (à droite) Chapin, les deux fillettes enlevés dans la Sarthe le 17 septembre 2011. — GENDARMERIE NATIONALE / AFP

Ils ont été arrêtés. Le couple de ravisseurs présumés de Charline et Julie, enlevées à La Flèche, dans la Sarthe, dans la nuit du 17 au 18 septembre dernier, a été arrêté, selon une source proche de l'enquête, citée par France Info. Le Procureur de la République du Mans, Joëlle Rieutort, a confirmé dans un communiqué l'arrestation des «personnes recherchées à la suite des faits dont ont été victimes» les fillettes.

Ils ont  été «interpellés ce jour à 10h20 dans la région parisienne», et «ont été immédiatement placés en garde à vue», indique le texte. Le couple a été interpellé par les gendarmes de la section de recherches d'Angers, en lien avec la gendarmerie locale, sur le parking d’un Super U de Magny-en-Vexin (Val d’Oise) par le GIGN. «On a essayé de les cueillir en douceur, dans un endroit où ils ne pouvaient pas de retrancher», explique une source proche de l’enquête à 20 Minutes.

Le couple a ensuite été placé en garde-à-vue à Cergy-Pontoise (Val d’Oise), mais devrait bientôt être transféré aux enquêteurs des Pays de la Loire. Le couple pourrait être présenté dimanche à un juge d’instruction, en vue d’une éventuelle mise en examen.

Leur domicile principal avait été placé sous surveillance

Mardi, les enquêteurs avaient localisé la maison dans laquelle les fillettes de 10 et 12 ans ont probablement été séquestrées dans la nuit du 17 au 18 septembre dernier, dans des conditions encore floues. L’habitation appartient à un retraité, père de Noélie H., une jeune femme de 24 soupçonnée d’avoir kidnappé Charline et Julie, avec son compagnon, Eddy. Ce dernier serait déjà connu des services de police. «Tous les voisins disent qu’elle vit en marge de la société depuis qu’elle a rencontré ce type-là», ajoute-t-on de source proche de l’enquête.

Mercredi, une femme habitant à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) avait contacté les forces de l’ordre pour indiquer avoir formellement reconnu ses voisins dans les fugitifs. «Il y a une très forte probabilité que ce soit effectivement eux», avait indiqué une source policière à 20 Minutes. Ce qui pourrait être leur domicile principal avait été placé sous surveillance.