Le numéro 2 de la PJ lyonnaise en garde à vue

à Lyon, ÉLISA FRISULLO et STéPHANE BOUCHET

— 

Michel Neyret a la réputation d'être un « super flic ».
Michel Neyret a la réputation d'être un « super flic ». — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Dans les rangs de la police nationale, on craint « un scandale majeur, sans précédent ». Tout est parti hier de l'interpellation, à l'aube par la police des polices (IGS) de Michel Neyret, 55 ans, numéro 2 de la PJ de Lyon. Placé en garde à vue dans une affaire de corruption, de trafic international de stupéfiants et blanchiment d'argent, ce haut fonctionnaire a été transféré dans l'après-midi à Paris pour être interrogé par la juridiction interrégionale spécialisée de Paris. Son épouse a, elle aussi, été interpellée. Tout comme « le chef de la brigade de recherche et d'intervention de Lyon et le chef d'antenne de la PJ de Grenoble », ajoute une source proche du dossier. D'autres fonctionnaires pourraient également être mis en cause prochainement. L'enquête n'est pas récente et porterait sur un trafic international de cocaïne, passant par l'Amérique du Sud et impliquant des trafiquants français et italiens. Le numéro 2 de la PJ, qui a passé l'essentiel de sa carrière à Lyon et à Nice, devrait également avoir à s'expliquer sur un blanchiment d'argent, des comptes bancaires à destination de la Suisse et alimentés par l'argent de la drogue ayant également été découverts.

Un passé exemplaire
Dans la police lyonnaise, où Michel Neyret a la réputation d'un « super flic » au passé exemplaire, l'annonce de son arrestation a fait l'effet d'une bombe. « C'est un coup énorme pour la PJ, un cataclysme. Cet homme a passé trente ans de sa vie à traquer les dealers. Je ne peux pas croire qu'il soit passé du côté obscur », a confié à 20 Minutes un policier lyonnais, craignant pour « la crédibilité de toute l'institution ». Une crainte partagée par de nombreux fonctionnaires, l'arrestation de Michel Neyret reposant, selon un policier, sur des « éléments solides ». Suffisamment en tout cas pour lui faire passer hier sa première nuit en prison.