Affaire DSK: «Cela a permis à des tas de femmes de briser le silence»

INTERVIEW Emmanuelle Piet, présidente du collectif féministe contre le viol, affirme à 20Minutes que le combat contre les violences faites aux femmes ne se termine pas avec l'abandon des charges contre Dominique Strauss-Kahn au pénal...

Propos recueillis par Corentin Chauvel
— 
Emmanuelle Piet, présidente du collectif féministe contre le viol, le 21 juin 2006, à Bondy (Seine-Saint-Denis).
Emmanuelle Piet, présidente du collectif féministe contre le viol, le 21 juin 2006, à Bondy (Seine-Saint-Denis). — M.EULER / AP / SIPA

«Un truc un peu grossier, méprisant et menaçant». C’est ainsi qu’Emmanuelle Piet considère l’interview qu’a donnée Dominique Strauss-Kahn sur TF1 dimanche dernier.  Alors que l’ex-directeur du FMI pourrait se sortir indemne judiciairement, la présidente du collectif féministe contre le viol évoque pour 20Minutes les suites de l’affaire DSK pour le camp féministe.

Les derniers événements judiciaires en faveur de Dominique Strauss-Kahn ne risquent-ils pas d’affaiblir votre combat?
Nous ne menions pas un combat directement contre DSK. Lui, on s’en fout, c’est un agresseur (ndlr: visé par deux plaintes, DSK n’a jamais été condamné pour viol ou agression sexuelle). Mais on laisse une France dans une situation où règne encore l’ambigüité volontaire des hommes sur ce genre de situation, ce machisme représenté par DSK et ses soutiens. Cependant on ne sait pas encore ce qu’il va se passer avec la justice américaine. Peut-être que les juges vont être agacés d’être nargués de la sorte par Dominique Strauss-Kahn et les moyens qu’il a mis en œuvre pour s’en sortir.

Que pensez-vous des discours de soutien que lui ont apportés certaines femmes de son entourage?
Je veux que l’on se représente la chose, tout cela s’est passé en six minutes, avec éjaculation, c'est écrit dans le rapport du procureur, et que DSK s'en soit servi est une preuve magnifique. Si sa relation avait  été tarifée, on aurait pu discuter, mais là, j’aimerais bien que ces femmes me racontent comment on peut être séduites en si peu de temps! Par ailleurs, j’ai aussi vu un grand nombre de femmes victimes défendre leur agresseur.

Le chapitre DSK sera-t-il définitivement refermé pour vous si aucune condamnation n’est proclamée contre lui?
Que DSK s’en tire, ce n’est pas un scoop, on a bien vu que le combat judiciaire était inégalitaire et que personne ne le croit, mais c’est juste l’épisode d’une bataille longue de 40 ans. En vrai, ça a vraiment fait avancer le débat public qui, lui, n’est pas terminé.

L’affaire DSK marque-t-elle un tournant dans le combat contre les violences faites aux femmes?
Oui, car d’habitude, sur ce genre d’événements, ça dure cinq minutes et après on passe à autre chose. Là, ça fait déjà deux ou trois mois que l’on parle de notre combat sur tous les tons. L’affaire DSK a sorti le viol de la méconnaissance. Ce qu’il s’est passé avec DSK est anormal et personne n’est dupe. La permanence téléphonique de notre collectif n’a pas arrêté de sonner durant tout l’été alors que c’est normalement une période creuse. Cela a permis à des tas de femmes de briser le silence et ça, c’est plutôt bien.

Ligne d'informations «Viol - Femmes - Informations»:
0800 05 95 95