Pour Benoît Hamon, Claude Guéant n'est «pas un ministre de la République» après ses «déclarations lamentables» sur les Roumains

RÉACTIONS e ministre de l'Intérieur a annoncé des mesures pour lutter contre la délinquance visant directement l'immigration clandestine roumaine...

Kenza Verrier avec l'AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, le 30 mai 2011 à Proyart (Somme).
Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, le 30 mai 2011 à Proyart (Somme). — WITT / SIPA

Benoît Hamon a été le premier à réagir, quelques heures seulement après la parution d’un entretien de Claude Guéant dans le quotidien Aujourd'hui en France/Le Parisien, sur des mesures destinées à lutter contre les délits de l’immigration clandestine roumaine. Le porte-parole du Parti Socialiste a affirmé ce lundi, lors du point presse hebdomadaire du parti, que Claude Guéant n'était «pas un ministre de la République», après ses «déclarations lamentables» sur les Roumains et les Comoriens.

Pour lui, il s’agit de «déclarations lamentables». Il pense que «ce discours-là est validé par Nicolas Sarkozy lui-même, qui a la volonté de stigmatiser certaines populations immigrées». «On n'a pas le droit de s'habituer à cela» (ces discours), ce sont «des atteintes insupportables à l'égalité des citoyens et aux principes de la République. Claude Guéant n'est pas un ministre de la République», a-t-il ajouté.
 
Selon lui, «il est inadmissible qu'un ministre de la République, un ministre de l'Intérieur dénonce une population et la stigmatise, de manière totalement injustifiée».
 
>> En raison de débordements, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.