Vote d'une motion de défiance contre le PDG de l'AFP

Reuters

— 

Le personnel français de l'Agence France Presse a voté ce jeudi une motion de défiance contre le PDG, Emmanuel Hoog, pour dénoncer un projet de changement de statut.

Ce texte a recueilli 704 voix soit 88,33% des suffrages exprimés. Il y a eu 45 votes contre la motion (5,65% des votes exprimés) et 48 abstentions (6,02% des exprimés). Sur 1.380 inscrits, il y a eu 797 votants soit un taux de participation de 57,75%.

Les syndicats s'opposent à la proposition de loi déposée par le sénateur UMP Jacques Legendre en vue d'un changement de statut ainsi qu'aux «manoeuvres» entreprises, selon eux, par le PDG pour faire passer cette réforme.

Statut spécifique protégeant l'indépendance et la neutralité de l'AFP

«Le personnel demande instamment au PDG d'en finir avec ses manoeuvres indignes dirigées contre l'Agence et ses salariés et de renoncer à promouvoir ce projet de changement de statut» proposé par le snénateur UMP, dit la motion.

«C'est pourquoi nous exprimons notre défiance à l'encontre du Président-directeur général et de ses méthodes», conclut le texte.

Cette motion a été présentée par l'intersyndicale (CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD, CFE-CGC, SAJ-Unsa) avec le soutien de la Société des journalistes (SDJ) et de l'Association de défense de l'indépendance de l'AFP (ADIAFP).

Emmanuel Hoog a dit avoir pris acte des résultats de la motion «et de l'émotion suscitée qui, je le répète, se situe sur le seul terrain de mes intentions supposées et jamais sur celui de décisions prises et donc des faits avérés», ont rapporté plusieurs journalistes de l'agence.

L'AFP, qui dispose depuis 1957 d'un statut spécifique protégeant son indépendance et sa neutralité, est un concurrent de Reuters et d'Associated Press sur le marché mondial des agences d'information.