Servier «ne joue pas la transparence nécessaire», selon Xavier Bertrand

© 2011 AFP

— 

Il faut que Servier «comprenne que la transparence n'est pas une option» mais est nécessaire, a affirmé ce jeudi le ministre de la Santé Xavier Bertrand après la mise en cause du laboratoire en matière de pharmacovigilance du médicament contre l'ostéoporose Protelos.

>> Tous nos articles sur l'affaire du Mediator sont par ici

A propos de l'affaire Mediator, le ministre a une nouvelle fois regretté que Servier se soit «enfermé dans une attitude, visiblement ces dernières années, mais aussi ces derniers mois (...), qui est complètement fermée». «Il n'y a plus aucune coopération, collaboration avec les autorités sanitaires», a-t-il déclaré sur RTL. Selon Xavier Bertrand, Servier «ne joue pas la transparence nécessaire».

Une nouvelle étude du bénéfice-risque de Protelos programmée

Le ministre a rappelé que l'Afssaps allait procéder à une nouvelle étude du bénéfice-risque de Protelos, en raison de risque d'hypersensibilité cutanée. «Si le bénéfice pour les patientes n'est pas plus important que le risque pour les patientes, nous n'hésiterons pas une seconde à sortir ce médicament, comme nous n'hésiterions pas une seconde à le faire s'il s'agissait d'un médicament d'un autre laboratoire», a-t-il affirmé.

«En ce qui concerne Servier, il faut qu'il comprenne que la transparence n'est pas une option, que la coopération avec les autorités sanitaires n'est pas une option», a-t-il poursuivi. Interrogé sur une possible malhonnêteté du laboratoire dans ces affaires, Xavier Bertrand a répondu: «Ce n'est pas à moi de le dire (...), c'est à la justice.»

Quant aux éventuelles menaces sur les 20.000 emplois du 2e groupe pharmaceutique français, le ministre a souligné qu'il ne plaçait pas «la question de l'emploi au même plan que la question de la santé des Français» . «C'est quand même une entreprise qui a des excédents, qui réalise des bénéfices, et ce n'est pas parce qu'elle indemnisera le mieux possible les victimes, que sa santé financière sera menacée», a-t-il souligné. «Par contre le comportement complètement fermé peut, lui, poser des problèmes à cette entreprise», a-t-il ajouté.